Steiner : "Très naïf" de penser que la hiérarchie changera en 2021

Pablo Elizalde

L'important changement du règlement technique, qui sera suivi par l'introduction d'un plafond budgétaire, est vu comme l'opportunité de faire évoluer la hiérarchie après des années de domination de . Cependant, alors que Gene Haas réfléchit à l'avenir de son équipe en Formule 1, Günther Steiner pense qu'il ne serait pas correct d'essayer de convaincre l'Américain que 2021 représentera une chance de se battre à l'avant du peloton.

"C'est très naïf. Cela n'arrivera pas", a déclaré Steiner à Motorsport.com, s'exprimant au sujet des chances des petites équipes de viser la victoire en 2021. "Je pense que c'est difficile de trouver quoi dire pour le convaincre. Il doit se convaincre lui-même. C'est comme ça que je le vois. Il comprend mieux cela."

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Steiner explique pourquoi Haas s'est voilé la face

"Je ne pense pas pouvoir faire grand-chose pour le convaincre, il a besoin de se convaincre de ce qu'il veut faire, et de ce dans quoi il veut investir son budget marketing. Il a une assez bonne compréhension de la situation et si je lui dis que l'on peut gagner en 2020, il se dira 'il ne sait pas ce qu'il fait'. Je serais d'accord avec lui. Donc je ne sais pas. Mais comme je l'ai dit, il y a encore beaucoup de problèmes à régler actuellement, et je ne sais pas s'il doit prendre une décision maintenant."

La F1 introduira en 2021 une limite de coûts fixée à 175 millions de dollars, ce qui ne comprend pas les salaires des pilotes et les dépenses liées aux moteurs, et cela sera en place au minimum jusqu'en 2025. Steiner pense que ce plafond ne va pas assez loin pour aider les plus petites équipes et juge qu'une "deuxième étape" sera nécessaire pour permettre à des structures comme Haas de faire un grand pas en avant.

"Je pense qu'il y a besoin d'une seconde étape dans ce plafonnement budgétaire, sans quoi ça n'arrivera pas, car je ne pense pas que les revenus financiers seront aussi bons dans le futur au point que les petites équipes puissent atteindre le plafond budgétaire. Je ne pense pas qu'une seule des petites équipes soit prête à dépenser cette quantité d'argent, car il n'y a pas de retour sur investissement, à un certain point. Bien sûr, cela devrait réduire l'écart, peut-être déjà en 2022, mais une bonne chose à faire en 2023 serait d'ajuster les chiffres, et je pense que personne ne serait contre."

À lire aussi