Stephen Curry, bienvenue dans sa maison à 30 M$

Maison Stephen Curry
Stephen Curry vit dans une maison de 1 600 mètres carrés, en Californie.

Voilà déjà deux ans qu’il y habite, Stephen Curry a pris ses quartiers en 2020, dans sa maison d’Artheton et à l’époque il n’a pas eu à aller bien loin, en changeant de quartier de sa précédente demeure, à l’actuelle. C’est avant d’avoir vendu l’autre, à un milliardaire basé à Singapour pour 31,2 millions de dollars, que le meneur de jeu des Golden State Warriors s’est installé entre les murs de son QG à) 30 millions de dollars.

[See image gallery at sportune.20minutes.fr]

7 chambres et 9 salles de bain pour la maison de Stephen Curry

Une maison luxueuse peut en cacher une autre. Si Stephen Curry et sa femme Ayesha Curry ont décidé de quitter les 700 mètres carrés de surface habitable, c’est pour rejoindre une demeure encore plus grande, de 1 600 mètres carrés. Située dans la ville d’Atherton en Californie, cachée derrière des murs et une allée fermée, à l’abri des regards indiscrets, elle s’étend sur une parcelle de terrain plate, sur près d’un hectare. À la préservation de la vie privée s’ajoute le confort, puisqu’elle possède sept chambres et neuf salle de bains.

Une salle de cinéma, un bar et une cave à vin

Sur trois étages tel que nous le montre le média Dirt, elle dispose d’une salle à manger et d’une cuisine gastronomique, équipée d’un îlot de restauration. On peut également y trouver une salle de cinéma, un bar et une cave à vin. À l’extérieur, il y a une grande cours extérieure emménagée à l’avant et une piscine avec terrasse, à l’opposé. Un véritable petit cocon pour la star de la NBA. Pour se faire plaisir, le couple ne se refuse rien. Outre ce manoir, le joueur des Golden State Warriors et sa femme ont déboursé deux millions de dollars, en juin dernier, pour s’offrir une demeure de 394 mètres carrés à Winter Park, dans la banlieue nord d’Orlando. Découvrez les images de la maison, dans la galerie ci-dessus.

Stephen Curry, bienvenue dans sa maison à 30 M$ est un article paru sur Sportune