Le streaming illégal sportif, bientôt un lointain souvenir ?

Denis Menetrier
·1 min de lecture

Pas de quartier pour les pirates ! Voilà le message porté par l’article 10 de la proposition de loi "visant à démocratiser le sport en France". Cette dernière va être examinée en séance publique à l’Assemblée nationale pendant trois jours, à compter de ce mercredi 17 mars. Les députés travaillent sur cette loi depuis trois ans et ont ajouté au dernier moment l’article 10, qui vise à lutter plus efficacement contre les retransmissions illégales de compétitions sportives. Initialement intégré au projet de loi audiovisuel du gouvernement, celui-ci a finalement été abandonné en raison de la crise sanitaire. Les députés l'ont donc ajouté de manière opportune à la proposition de loi sur le sport. Son adoption probable par la majorité a de quoi soulager tout un secteur, qui s’époumone depuis plusieurs années pour obtenir une réponse législative.

"Enfin !", s’exclame un dirigeant d’un diffuseur hexagonal. "Ce n’est pas trop tôt. Ça fait des années que ça aurait dû être mis en œuvre, mais il n’est jamais trop tard." Depuis le début de la décennie 2010, l’évolution des technologies, la multiplication des diffusions pirates et la qualité de plus en plus irréprochables de celles-ci inquiètent les ayants-droits (chaînes qui achètent les droits...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi