Comment Street Fighter V a fait de Jean Bouin une arène

"J’ai fait des tournois dans le monde entier, aux Etats-Unis, en Asie, en Corée du Sud. L’ambiance aujourd’hui est assez dingue. Je ne sais pas… je n’ai pas l’impression de jouer à un jeu vidéo là. Mais de faire du sport." Il était tout de même question de jeu vidéo ce week-end, au stade Jean Bouin, la partie purement "sport" ayant été laissé aux joueurs du Red Star, battus pour le compte de la 32e journée de Ligue 2 par le GFC Ajaccio (0-3). Et si Norman Chatrier, connu dans le circuit esportif sous le nom de "Gen1us", a le sourire, c’est qu’il y a en effet une ambiance de dingue dans les travées du stade.

17855195_1880239132219901_2898040135150183496_o.jpg

A lire aussi : prendre des cours sur FIFA, c'est pour bientôt

Pendant deux jours, l’habituelle enceinte du Stade Français s’est muée en arène, pour accueillir l’Ultimate Fighting Arena, l’une des étapes du Capcom Pro Tour, le championnat du monde sur le jeu vidéo Street Fighter V, co-organisé par la World Gaming Federation – à qui l’on doit le tournoi virtuel de l’Euro 2016 – et la société Ana Events. Ses salons précisément. En lieu et place des habitués des lieux, des jeunes gens, pour la plupart flanqués d’un maillot. Et en guise de glaives… des joysticks, les vrais, ceux qui reprennent trait pour trait la jouabilité offerte par les traditionnelles bornes d’arcade. "C’est mon bébé! Vous n’allez pas à la chasse sans votre fusil vous, si" nous...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages