Stroll "sous le choc" après sa pole position à Istanbul

Fabien Gaillard
·2 min de lecture

On le sait souvent à l'aise en conditions humides, mais en ce samedi Lance Stroll a signé le meilleur temps des qualifications du Grand Prix de Turquie, s'adjugeant une pole position tout aussi étonnante et impressionnante que provisoire au vu des enquêtes des commissaires. Débutant la Q3 en pneus pluie, il en a changé pour chausser des intermédiaires en fin de séance, s'offrant un tour propre qui l'a placé deux dixièmes devant le favori Max Verstappen.

Lire aussi :

Qualifs - Stroll se joue des conditions et de Verstappen ! Drapeaux jaunes : Magnussen furieux, enquête en cours à Istanbul

"Je n'ai vraiment pas de mots pour l'instant", a-t-il déclaré à la sortie de sa monoplace. "Je suis sous le choc. Je ne m'attendais pas à ce que nous soyons devant après les EL3. Il y a beaucoup de choses desquelles nous n'étions pas sûr en abordant les qualifications. Nous ne semblions pas très compétitifs en EL3, mais je suis tellement heureux là tout de suite."

"J'ai vraiment assemblé un bon tour à la fin. J'avais beaucoup de pression. Je n'avais qu'un seul tour pour le faire car nous avions démarré sur les pneus pluie. Et puis nous sommes rentrés pour des inters. J'ai eu un tour [de sortie] où j'ai vu Valtteri [Bottas] partir en tête-à-queue devant moi, et ensuite un tour à la fin pour réaliser ça, et j'avais confiance dans la voiture et j'ai juste réussi presque chaque virage, et j'ai tout bien assemblé. C'est vraiment une super manière de rebondir après des semaines difficiles et depuis le Mugello ça a vraiment été compliqué pour moi. Donc, oui, ça fait du bien, ça fait vraiment du bien."

Lire aussi :

La grille de départ du Grand Prix de Turquie

Un beau tir groupé pour au troisième rang. Quand il lui est demandé s'il savait qu'il se battait potentiellement contre son équipier, Stroll a raconté : "Je savais que nous étions aux avant-postes. Vous savez, j'écoutais mon ingénieur, il me donnait du feedback à chaque tour sur le classement. Mais dans ces conditions, vous n'avez pas vraiment le temps de réfléchir à là où vous vous trouvez ou à ce qui se passe autour de vous, il s'agit juste vraiment [de penser] à chaque virage qui arrive."

"Et ensuite, ouais, une fois que j'ai été sur les inters, je savais que nous étions en bonne posture et la voiture semblait plutôt posée pour ces conditions sur cette piste et, oui, pour la mettre en pole. C'est un moment spécial pour moi et un des plus gros temps forts de ma carrière. Nous rêvons de ces moments quand nous grandissons et c'est vraiment spécial."