Stroll explique la situation dangereuse avec les commissaires d'Imola

Fabien Gaillard
·3 min de lecture

Lors de la voiture de sécurité consécutive à la sortie de piste sur crevaison de Max Verstappen, allongée par l'accident de George Russell, la direction de course a, comme cela est autorisé, permis aux pilotes à un tour de pouvoir revenir dans le même tour que les voitures de tête. Pour ce faire, les pilotes en question ont reçu l'ordre de dépasser les monoplaces déjà dans le tour du leader puis le Safety Car pour aller se mettre en bout de peloton.

Lire aussi :

L'erreur de jeunesse qui peut façonner une future star de la F1

Or, durant cette phase de course, l'obligation de respecter un temps maximum, par le biais d'un delta qui s'affiche sur le volant des pilotes, n'existe plus, de sorte que les pilotes peuvent adopter un rythme relativement soutenu, tout en restant réduit, pour revenir à l'arrière de la file. C'est à ce moment-là que certains ont eu la surprise de constater que des commissaires travaillaient encore sur le circuit, notamment à l'endroit de la sortie de Russell, peu avant Acque Minerali. n'était pas le seul dans ce cas, mais les images de sa caméra embarquée ont vite circulé, montrant que le pilote était passé assez près d'un commissaire.

Interrogé à Istanbul sur cet épisode, qui a suscité de nombreuses réactions et questionné sur le choix de la direction de course d'autoriser le dédoublement malgré le fait que le travail en piste n'avait pas été terminé, Stroll a répondu : "Je n'ai pas été averti [de leur présence], non. J'ai reçu le message que les voitures à un tour étaient autorisées à dépasser le Safety Car et à rattraper l'arrière de la file, donc j'ai suivi ces instructions."

"J'ai vu le commissaire en piste, bien entendu, et j'ai immédiatement levé le pied et ralenti, et j'ai été aussi sûr que possible dans cette portion de la piste. Mais je n'ai pas été averti et je ne m'attendais pas à voir quiconque sur le circuit une fois que j'ai eu le message m'autorisant à dépasser la voiture de sécurité et à rattraper l'arrière de la queue. Donc, par chance, il ne s'est rien passé de grave, mais clairement, il faut régler cela et s'assurer que quelque chose comme ça n'arrive plus."

Lire aussi :

Confusion et critiques perdurent sur les drapeaux jaunes

Voici comment est rédigé, dans le Règlement Sportif 2020, l'article 39.12 qui encadre la procédure : "Si le directeur de course considère qu'il est sûr de le faire, et que le message 'LES VOITURES À UN TOUR PEUVENT DÉSORMAIS DÉPASSER' a été envoyé à toutes les équipes via le système de messagerie officiel, il sera demandé à toute voiture qui a été mise à un tour par le leader de doubler les voitures dans le tour du leader et le Safety Car. [...]"

"Après avoir dépassé les voitures dans le tour du leader et le Safety Car, ces voitures doivent alors faire le tour de la piste à une vitesse appropriée, sans dépasser, et s'efforcer de prendre position à l'arrière de la file de voitures derrière le Safety Car. Pendant les dépassements, et afin que ceux-ci puissent être effectués en toute sécurité, les voitures dans le tour du leader doivent toujours rester sur la trajectoire de course sauf si en dévier est inévitable."

"Sauf si le directeur de course estime que la présence du Safety Car est toujours nécessaire, une fois que la dernière voiture à un tour a dépassé le leader, le Safety Car rentrera au stand à la fin du tour suivant. Si le directeur de course considère que les conditions de piste ne permettent pas des dépassements, le message 'LES DÉPASSEMENTS NE SERONT PAS AUTORISÉS' sera envoyé à toutes les écuries via le système de messagerie officiel."