Il suffisait d'Insigne

·1 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Comme dans tout bon film de guerre qui se respecte, il y a toujours un moment où l'un des coups de feu d'un M16 est filmé au ralenti. Afin d'observer la trajectoire de la balle, le modèle de celle-ci, et surtout, déguster cette micro-seconde où la balle touche la cible. À plusieurs reprises depuis le début de l'Euro, l'artificier avait gaspillé pas mal de munitions. Et puis est enfin arrivée cette 44e minute de ce Belgique-Italie. L'Allianz Arena de Munich n'était pas prête, au moment où le meneur de jeu napolitain a passé la ligne médiane. Elle n'était pas prête à voir Insigne crocheter si facilement Youri Tielemans, encore moins pour ce qui allait se passer derrière. Le moment figé dans le temps est arrivé, Insigne a jeté un regard et a décoché son missile. La lunette est trouvée, Thibaut Courtois est un soldat à terre, la Nazionale fait le break et Lorenzo Insigne est aux anges.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles