Super League : chronologie d’un fiasco

Par Guillaume Paret
·1 min de lecture
En Angleterre, des supporteurs ont manifesté contre ce projet de Super League.
En Angleterre, des supporteurs ont manifesté contre ce projet de Super League.

Ça devait être une déflagration, ce fut finalement un coup d'épée dans l'eau. Annoncé en grande pompe dimanche soir, le projet de Super League s'est donc dégonflé en moins de 48 heures avec le retrait de la moitié des clubs fondateurs de la compétition. Une man?uvre d'urgence guidée par la pression des supporteurs, des joueurs, du monde politique et des instances, qui avaient avisé les clubs dissidents que des sanctions seraient prises à leur rencontre.

Étaient-ils mal préparés ou ont-ils révélé leur sidérant niveau de déconnexion ? Trop avides de générer toujours plus de bénéfices, les douze présidents des clubs fondateurs de la Super League ? désormais appelés « les douze salopards » ? ont commis la grave erreur de sous-estimer la passion des supporteurs, la pression populaire. Car soyons bien clairs : aucun président n'avait anticipé l'extraordinaire vent de fronde des fans de football.

À LIRE AUSSISuper League européenne de football : « C'est un putsch ! »

La Super League, à l'épreuve de la pression populaire

Mardi en début de soirée, près d'un millier de fans ont mis leur rivalité de côté et se sont rassemblés aux abords de Stamford Bridge (Londres) pour exprimer pacifiquement leur désapprobation face à un modèle promu par six clubs de Premier League (Manchester City, Manchester United, Liverpool, Chelsea, Arsenal, Tottenham). Alors que les Blues de Chelsea s'apprêtaient à disputer la 32e journée de championnat face à Brighton, les manifestants ont fait p [...] Lire la suite