Super League européenne de football : « C’est un putsch ! »

Par Guillaume Paret
·1 min de lecture
La Super League, une future machine à cash ?
La Super League, une future machine à cash ?

Un séisme de magnitude 12 vient de secouer la planète football. Annoncée en grande pompe dimanche, la Super League européenne a été officialisée dans la soirée par douze clubs historiques et majeurs du football européen : Manchester City, Manchester United, Liverpool, Chelsea, Arsenal, Tottenham, le Real Madrid, le FC Barcelone, l'Atlético Madrid, la Juventus Turin, l'Inter Milan et le Milan AC. Après cette révélation, les clubs fondateurs ont démissionné de tous les postes liés à l'ECA (association européenne des clubs), mais aussi des postes liés au conseil d'administration, des commissions et des panels de l'UEFA, tandis que l'instance européenne, ainsi que plusieurs ligues et fédérations ont d'ores et déjà promis de répliquer en excluant les équipes dissidentes et leurs joueurs de leurs compétitions. La guerre est déclarée !

La nouvelle était, certes, attendue, elle a tout de même fait l'effet d'une bombe. Tard dans la soirée de dimanche, douze clubs européens ont officialisé le lancement de leur Super League, une compétition privée destinée à remplacer la Ligue des champions de l'UEFA. En réunissant les meilleures écuries européennes et les plus grands joueurs du monde, ce nouveau tournoi réunira vingt grands clubs comprenant quinze fondateurs et cinq invités (classés annuellement en fonction des performances de la saison précédente). « Ce projet est une très mauvaise nouvelle pour les instances du football, et du sport en général, car le modèle fédéra [...] Lire la suite