La Super Ligue menace « l'essence du football », dénonce le président de la Liga Javier Tebas

Le président de la Liga a réaffirmé son opposition à la Super Ligue. (J. Prévost/L'Équipe)

Le président de La Liga espagnole, Javier Tebas, s'est montré très critique vis-à-vis de la Super Ligue européenne dont le projet est toujours d'actualité.

Le projet de Super Ligue européenne est un « concept très dangereux » qui menace « l'essence du football », a mis en garde vendredi le président de La Liga espagnole, Javier Tebas, très critique de la position de clubs comme le Real Madrid.

lire aussi : Rejetée par l'ensemble du football européen, la Super Ligue a pris une claque face à l'UEFA

« Ces clubs qui ont fondé la Super Ligue européenne veulent diriger le football parce qu'ils ont le plus d'actifs, mais tout cela serait complètement dysfonctionnel pour le sport », a déclaré Javier Tebas lors d'une conférence sur le football organisée par la Ligue portugaise à Porto (nord). « Le président du Real Madrid dit qu'il va protéger le football, mais nous allons bien et nous ne voulons pas qu'il nous protège », a avancé le président de La Liga.

« En Espagne, nous avons une ligue équilibrée et il y a toujours des grands clubs, des petits et des moyens. Il n'est pas nécessaire que ce soit un modèle géré uniquement par les clubs riches. Ça n'a pas de sens », a estimé Tebas, qui s'en est également pris aux clubs qui, selon lui, peuvent se permettre de lourdes pertes et faussent l'équité sportive, dont le Paris-Saint-Germain. « Nous voulons des modèles économiquement durables. Si nous comptons sur les magnats et les clubs d'État, comme le PSG ou Manchester City, nous gonflons l'activité et détruisons les clubs qui veulent une activité rentable. Pour défendre les emplois que nous créons, nous devons avoir un business rentable », a-t-il déploré.

lire aussi : Toute l'actualité du foot

Le projet de Super Ligue, dont le but est de concurrencer la Ligue des champions, a été rejeté l'année dernière. Il tente un retour sur le devant de la scène depuis plusieurs semaines grâce à l'intervention d'une société, A22 Sports Management, qui a repris le flambeau. Trois clubs y sont toujours favorables : le Real Madrid, le FC Barcelone et la Juventus Turin.