Supercoupe d'Espagne - Sergio Ramos défend la nouvelle formule

En conférence de presse à la veille de la finale de la Supercoupe d'Espagne face à l'Atletico, Sergio Ramos a notamment défendu la nouvelle formule.
En conférence de presse à la veille de la finale de la Supercoupe d'Espagne face à l'Atletico, Sergio Ramos a notamment défendu la nouvelle formule.

Capitaine emblématique du Real Madrid, Sergio Ramos est un habitué des combats face à l'éternel rival qu'est l'Atlético de Madrid. Présent en conférence de presse à la veille de la finale de la Supercoupe d'Espagne face aux Colchoneros, le défenseur central s'est dit prêt à aller au front. 

"L’un des choses les plus importantes, c’est l’ambition. Ne jamais se fatiguer de gagner, c’est ce qu’a toujours eu le Real Madrid. Grâce à nos efforts, on a l’occasion de disputer une nouvelle finale. Il faut faire un match sérieux, sans erreurs et avec pour objectif de soulever le trophée (...) C’est un adversaire gênant. Ils ont un très grand entraîneur et ils se battent jusqu’au dernier instant. On va se battre jusqu’à la mort. On va au front avec ce que nous avons. On s’adapte et nous en tirons des résultats", a d'abord déclaré l'ancien du FC Séville, refusant de considérer l'Atlético comme un "ennemi". 

"On se satisfait de gagner face à eux plus que face à d’autres"

"Le mot ennemi est laid. Tu peux avoir un ennemi s’il t’as fait quelque chose de personnel. Mais nous parlons de football, c’est laid. C’est un adversaire direct et on se satisfait de gagner face à eux plus que face à d’autres", a nuancé Sergio Ramos. De plus, le défenseur a défendu le nouveau format de la compétition. 

"Il ne dépend pas de nous, c’est la Fédération. C’est une bonne formule, ça lui permet de gagner un peu en valeur. Elle nous est bénéfique cette année parce que nous faisons partie des invités. Elle n’altère pas au calendrier et le traitement reçu ici est irréprochable. Si tout cela bénéficie à nos clubs, il ne faut pas le voir comme quelque chose de négatif", a enfin estimé le Champion du Monde 2010 face aux nombreux médias présents. 

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi