Superligue : tout crime mérite châtiment

SO FOOT
·1 min de lecture

Cette fois, il faut croire que c'est la fin. Les dernières illusions s'envolent. Les communions d'antan aussi. Le sceau est brisé, le pacte déchiré. De l'autre côté du miroir, douze clubs contemplent une réalité annexe, dont ils ne veulent plus faire partie. Le reflet qu'ils nous renvoient a quelque chose de monstrueusement lisse, désincarné et cartésien. Juste la fin d'un monde, qui menaçait de toute façon de s'effondrer depuis déjà plusieurs années.

Marquise déchue


Avant de concrètement réagir, de trouver des solutions alternatives, ne faut-il pas déjà se mettre en colère ? Mettre des mots, des émotions, sur ce que ces clubs dissidents sont en train de détruire, d'ôter à tous les autres ? Ce mardi, c'est un sentiment de dépossession qui prédomine. D'impuissance crasse. Malgré tous ses défauts, son tournant élitiste opéré à la suite de l'arrêt Bosman, on l'aimait encore, cette Ligue des champions.…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com