Superligue ou réforme de la Ligue des champions : c'est l'Europe qui éclate

SO FOOT
·1 min de lecture

Il fut un temps pas si lointain, en 1986, ou le PSG se faisait éliminer au premier tour de la C1 par Vítkovice, porte-étendard de la Tchécoslovaquie socialiste. La Coupe d'Europe des clubs champions incarnait clairement un décalque des coupes nationales (avec juste la nuance du match aller-retour). Elle semblait surtout constituer à juste titre l'étage supérieur des championnats nationaux, eux-mêmes aboutissement d'une pyramide reposant sur la base foot amateur. Une place se méritait et la qualification possédait une saveur unique. Pour le pays, pour la culture foot de ce dernier et pour les supporters évidemment. En outre elle proposait une certaine interprétation de la construction européenne, plus en adéquation avec une représentation du Vieux continent que n'aurait pas renié Stefan Zweig, qui passait par-dessus le rideau de fer et tendait même les bras à la Turquie.

L'attaque des Titans


Voilà pour…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com