Surf - CT - Surf - Play-offs : Carissa Moore sacrée pour la 5e fois championne du monde

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Carissa Moore a décroché, ce mardi lors des play-offs à Trestles, le titre de championne du monde 2021. L'Hawaiienne est sacrée pour la 5e fois de sa carrière. Si le suspense n'a pas été un point fort de la finale masculine, remportée par Gabriel Medina, il aura été un facteur un peu plus tenace lors de la finale féminine qui opposa Carissa Moore à Tatiana Weston-Webb, ce mardi à Trestles (Californie). Medina n'a eu besoin que de deux séries pour prouver qu'il était bien le meilleur surfeur de la saison alors que Moore a davantage été poussée dans ses retranchements. L'Hawaiienne est finalement (et logiquement) venue à bout de la Brésilienne lors de la 3e et ultime manche de la finale des finales. Elle signe une année exceptionnelle, avec l'or décroché aux JO de Tokyo en juillet dernier et ce 5e titre mondial. Ces premiers play-offs de l'histoire ont donc couronné les deux surfeurs qui ont fini à la première place du classement mondial au terme de la saison régulière. Les mauvaises langues diront qu'ils n'auront donc servi à rien, sinon à prouver ce que l'on savait déjà. Les plus optimistes y auront vu un dernier zest de spectacle avant la clôture et une année assez morose.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

La journée avait commencé par la belle victoire de Johanne Defay sur Stephanie Gilmore, avant que la Française ne soit stoppée par Sally Fitzgibbons, laquelle a dans la foulée perdu face à Weston-Webb. Cette dernière s'est retrouvée en finale face à Carissa Moore et elle a même remporté le premier round (15,20 - 14,06), laissant planer le doute qu'une grosse surprise n'était pas impossible. Mais l'Hawaïenne, qui a survolé la saison régulière, ne pouvait pas baisser les armes comme ça. Elle s'est vite ressaisie en égalisant lors de la deuxième série grâce à un 8,93 et un 8,33 (17,26 - 15,60). Johanne Defay termine 4e mondiale Et quelques minutes après le sacre de Medina, sous un soleil de plomb et un ciel sans tache, Carissa Moore s'est adjugé le dernier acte (16,60 - 14,20). Solide, rapide, puissante et radicale, l'Hawaiienne a scoré un 8 puis un 8,60 alors que la Brésilienne a passé une bonne partie de la série à chercher un back up convenable. Sauf qu'il lui fallait un 8,58 pour inverser la tendance, ce qu'elle n'a pas su faire. « Ce fut une longue année et ce fut une très longue journée, a déclaré Moore. La journée n'a pas commencé comme je m'y attendais, j'ai dû me battre pour revenir, ce qui a rendu la victoire un peu plus jouissive. J'étais sur le point de craquer après le premier round. J'ai fait de mon mieux, j'ai surfé avec mon coeur, et ça a marché. Je n'avais à ce jour jamais été dans l'eau au moment de remporter un titre mondial, c'est donc très spécial. Je ne pouvais rien demander de plus ! »
Carissa Moore, en pleurs elle aussi au large, a ainsi décroché ce mardi à Trestles son 5e titre mondial, après ses sacres en 2011, 2013, 2015 et 2019. La reine des années impaires, qui n'est plus à 29 ans qu'à deux longueurs de Stephanie Gilmore (5e). Weston-Webb termine l'année, elle, à la 2e place mondiale, devant Sally Fitzgibbons et la Française Johanne Defay (4e), qui signe là la meilleure performance de sa carrière.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles