Surf - JO - Pas de cérémonie d'ouverture des JO pour l'équipe de France de surf

·1 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L'équipe de France de surf ne se déplacera pas à Tokyo pour assister à la cérémonie d'ouverture ce vendredi, préférant rester dans son huis clos, à 1h30 de la capitale japonaise. Arrivés lundi au Japon, les surfeurs français vont rester du côté de Tsurigasaki Beach, à 1 h 30 de Tokyo, cette semaine. Au programme : entraînements et préparation avant le début de l'épreuve olympique, dimanche. Jérémy Florès, Michel Bourez, Pauline Ado et Johanne Defay ne vivront donc pas la cérémonie d'ouverture, ce vendredi, aux côtés des autres athlètes dans la capitale nippone. « C'est un débat qu'on a eu tous ensemble, on a laissé le choix, explique Michel Plateau, le directeur technique national (DTN). Chacun a préféré se préparer pour ses objectifs, car pour nous, c'est un déplacement conséquent, et on ne souhaite pas casser la bulle sanitaire. » lire aussi Première session sur des vagues minuscules pour les Bleus aux JO Un choix motivé par la distance, afin d'éviter un nouveau voyage et la fatigue qui va avec, et surtout le risque sanitaire. Depuis le début de la semaine, plusieurs sportifs ont été forcés de renoncer aux JO à cause d'un test positif. Michel Bourez, en lice aux JO de Tokyo « On ne veut pas prendre de risque » « On ne veut pas prendre de risque, résume Michel Bourez. Dans ces conditions, rater l'ouverture, pour moi, c'était normal. » « Je suis un peu déçu, oui, reconnaît Jérémy Florès. Le but de participer aux JO, c'est aussi de partager l'événement avec les autres grands sportifs. Ça aurait été génial de défiler avec les grands sportifs français. Mais là, on est à quelques heures de route, il y a des cas de Covid au village, donc on a décidé de ne pas y aller. » À environ 100 km du village olympique, Pauline Ado avoue se sentir « un peu à part », mais assure quand même sentir « l'ambiance JO ». « On ne vit pas ces JO à 100 %, du fait du contexte aussi, mais il y a quand même cet engouement, on voit le site gigantesque sur la plage, avec tous les logos olympiques, apprécie la surfeuse. Ça nous permet aussi de rester bien concentrés sur notre compétition. » lire aussi Onze nouveaux cas de Covid-19 aux JO de Tokyo lire aussi Toute l'actualité des JO de Tokyo

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles