Surf - Requin - Crise requins à La Réunion : on peut enfin surfer à Saint-Leu, en toute légalité

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Depuis quelques jours, il est enfin possible de surfer à Saint-Leu à La Réunion. Un important dispositif visant à réduire le risque requin a été mis en place. Explications. Depuis vendredi dernier, le surf est de nouveau possible sur la mythique gauche de Saint-Leu, à La Réunion. Et ce, dix ans après la première attaque de requin dont a été victime Eric Dargent. Depuis 2011, l'île de l'Océan indien a dénombré 25 attaques, pour 11 morts. Dans 95 % des cas, les requins en cause sont des bouledogues. Pour les autres cas, il s'agit des requins-tigres. lire aussi La Réunion : 25 attaques en 10 ans, 11 morts Ces dernières années, l'association Leu Tropical Surf Team, l'ingénierie du Centre Sécurité Requin et Christophe Mulquin, chargé de mission vis-à-vis des usagers du nautisme, ont mis au point un dispositif dont le principe est la réduction du risque requin. Financée par l'Etat, la région, le département, la mairie de Saint-Leu et la communauté de communes, cette expérimentation de 18 mois (900 000 euros) s'appuie sur cinq rideaux défensifs. Voici les détails. Les 5 rideaux défensifs 1. PRP2
Le PRP2 est le « Programme Réunionnais de Pêche Préventive ». Ce sont des engins de pêche, des palangres avec des alertes de capture, installés aux abords des spots. Cette pêche « vertueuse » est ciblée vers le requin bouledogue et le tigre. Lorsque ça mord, le téléphone du pêcheur sonne et il doit se rendre immédiatement sur place pour libérer les prises accessoires (tortues, requins marteaux, etc). « Un rapport scientifique assure que "Quand on a de la pêche de prévention constante, il n'y a pas d'attaques". L'échantillon statistique est très important », confie Christophe Mulquin. Cet engin est situé entre 1 et 2 km des zones de pratique. 2. Une pêche de jour
La pêche de jour sera expérimentale pendant un ou deux mois. Il est prouvé qu'il est très compliqué, voire impossible, de pêcher les requins bouledogues et tigres en journée. Mais la tentative va être faite, et proche de la zone de pratique (entre 1 et 2 km). 3. Surveillance waterpatrol
Il y a entre deux et trois jet-skis déployés autour de la gauche de Saint-Leu. Le troisième jet-ski servira uniquement quand les vagues sont grosses. Cette waterpatrol va opérer une surveillance de surface et de fond. Elle est comme une ceinture de sécurité autour du spot. Les hommes de la waterpatrol ont aussi une mission de secours en cas d'attaque. 4. L'équipement d'un EPI
Un EPI est un équipement de protection individuel. Il en existe de plusieurs sortes comme, parmi les plus performants, le Shark shield, le No Shark ou le RPELA. Ils sont installés sur les planches de surf et ont un rôle de répulsion. « On a testé ces outils en Nouvelle-Calédonie et on a eu un taux de réussite au-dessus de 70 %, précise Christophe Mulquin. Dans de l'eau trouble, avec des requins bouledogues (environ 30-35) et avec un appât. À Saint-Leu, il n'y a pas 35 bouledogues qui trainent, on ne surfe pas avec un appât et l'eau est très claire. La clarté de l'eau est un facteur essentiel : si l'eau est claire, le requin n'approche pas, si elle ne l'est pas en revanche il s'approche. » 5. L'analyse environnementale
Chaque jour, certaines analyses sont faites. Mulquin : « On regarde s'il a plu, si l'eau est claire, s'il y a du courant et de l'ensoleillement ».
Les trois conditions « environnementales » du dispositif sont :
- Le plan d'eau est-il surfable ?
- Quel est l'indicateur de la pêche ? est-il « réservé », « favorable » ou « défavorable » ?
- L'eau est-elle claire ? Cet aspect est mesuré à l'aide d'un disque de 40 cm de diamètre. « On va dans l'eau et si on voit le disque à 8 mètres c'est qu'on a une visibilité horizontale et verticale, donc c'est que l'eau est claire », explique Christophe Mulquin. Tous les matins à 8 h 00 les indicateurs sont donnés par le Centre de Sécurité Requin. « Avec ces trois principes cumulés, on ouvre le dispositif », assure Mulquin. Toute la Baie de Saint-Leu concernée Par ailleurs, le surfeur doit être licencié à la Fédération française de surf, afin d'être assuré. Il doit également remplir une charte de bonne conduite. Le spot de Saint-Leu n'est pas le seul concerné par ce dispositif. Ce sont en réalité les spots de la Baie de Saint-Leu. Si les conditions sont trop petites sur la gauche de Saint-Leu, les surfeurs pourront se déplacer sur les spots de repli de la Tortue, la Passe, le Cimetière et la Pointe au Sel.