Surf - Surf : le premier boat trip mondial post-confinement, avec Kyllian Guerin aux Maldives

·5 min de lecture

En juillet, le jeune prodige français Kyllian Guerin est parti surfer aux Maldives. Le photographe Laurent Masurel nous raconte de l'intérieur, et en images, ce premier boat-trip mondial post-confinement.

Ce premier boat trip mondial appelle pas mal de sentiments et d'interrogations contradictoires. Chez certains, le fait même d'envisager tout surf trip paraît déplacé, hors de propos, et pour des raisons sanitaires (mise en danger de soi, des autres au sein du bateau, des locaux) et pour des raisons de respect : comment penser à faire un trip entre potes, récréatif, alors que la moitié de la planète est encore confinée ? On participerait presque à la propagation du virus sur des îles reculées et isolées ! S'ils savaient, en plus, que les Maldiviens sont toujours confinés, notre expédition pourrait tourner à la provocation !

Le contre-pied ou la réponse à cette réaction épidermique a été tout simplement l'accueil que nous ont réservé les surfeurs locaux et les acteurs du tourisme : il y avait comme de l'emphase dans la manière de nous accueillir littéralement les bras ouverts (attention au respect de la distanciation sur les line-ups) et leur attitude trahissait du soulagement à notre présence. Cela leur faisait du bien de revoir les premiers touristes/surfeurs après plus de 4 mois d'absence totale.

Les surfeurs locaux étaient fiers de partager leurs vagues et de laisser la priorité aux surfeurs venus de loin. À Cokes, qui regroupe la plus grande communauté de surfeurs locaux (avec Malé), notre présence a réveillé quelque peu les locaux qui étaient tombés dans une forme de léthargie à force d'avoir surfé des vagues parfaites entre eux. On a eu ainsi, en début de trip, trois belles sessions à Cokes dans du solide 2-2,5 m, un peu venté cross-shore, mais de superbes sessions. Mais pas de locaux à l'eau lors de ces trois sessions ! Auraient-ils été confinés chez eux à Thulusdhoo (l'île de Cokes) avec interdiction de surfer ? On ne comprenait pas.

Puis par recoupement, se sont dessinées petit à petit les raisons : ils s'étaient gavés les semaines précédentes, ils ne sont pas spécialement attirés par les grosses conditions et surtout ils ont peur de casser leur planche (souvent leur seule planche restante), ce qui est particulièrement vrai en cette trop longue période de confinement, car ils n'ont pratiquement plus de ressources, vivant habituellement, d'une façon ou d'une autre, du tourisme. À cela s'est ajoutée la montée des prix (nourriture) depuis le confinement ! En somme, c'était en raison du confinement que les locaux n'étaient pas présents sur ces premières sessions de rêve à 8 pieds. Alors qu'ils avaient tout à fait le droit de surfer. Quel paradoxe !

Notre présence, et les interminables tubes de Kyllian Guerin ont largement contribué au réveil des locaux qui se sont révélés bien plus présents sur la fin du second gros swell, venant couronner notre rêve maldivien les 2 derniers jours. Une parenthèse enchantée en ce monde virulent, incertain et désorganisé, qui contrastait avec la géométrie parfaite de ces séries presque irréelles de beauté.

Kyllian les a, en quelque sorte, incités à reprendre possession de leur spot, non pas de façon agressive mais en étant là, en partageant, en échangeant et en observant. Les locaux ont bien senti que le surf de Kyllian imposait le respect. Lui-même a été très respectueux, en retour, quand ceux-ci partageaient le line-up, échangeant un mot, un geste, un sourire et sachant s'éclipser pour attendre les grosses vagues.

Bon, ce qui a facilité la cohabitation, c'est qu'il a eu des sessions de rêve pour lui tout seul notamment le matin du dernier jour et la veille au soir ; il était temps pour Kyllian de s'effacer plus le dernier après-midi comme pour remercier les locaux et vivre sur ce respect mutuel qui perdurera jusqu'à la prochaine fois.

Il a marqué les esprits avec son surf si fluide, adaptant le moindre de ses gestes et postures à la vitesse de la vague et à la forme du tube, parfois capricieuse sur l'inside. Du haut de ces 17 ans, son surf a encore gagné en maturité et s'adapte à la moindre respiration de la vague. En toute liberté (et pour cause seul ou avec ses partenaires de boat), son surf respire lui aussi, libéré de tous ces carcans de compétition, sur des vagues worldclass.

Ce trip fera date pour Kyllian : initiatique, révélateur, formateur. Libre de contraintes. Une libération qui l'aidera certainement à se replonger dans sa carrière de compétiteur dès que le coronavirus permettra à la WSL de nous proposer une saison à peu près normale (2021 ?). Sa mémoire est emplie à jamais de ces 2 sessions tout seul dans du 8 -10 pieds parfaits, en communion avec l'océan. Il a pu ressentir pour la première fois de sa vie, ce sentiment mêlé de challenge et de quiétude, rien entre lui et la vague, pas de paramètres parasites. Son surf et sa relation à l'océan ont été complètement libres.

Notre boat trip a été un moment hors du temps, hors du monde où une certaine "magie" a opéré. Bref, ce trip aura eu une fonction "réparatrice" presque "rédemptrice", où chacun a pris conscience de l'importance que cela revêt pour l'autre.

Mais paradoxalement montrant la voie à un retour possible à la normale. Car le fait que le monde "d'après" ressemble à celui d'avant, semble être vital pour les Maldives. Le bonheur des uns faisant le bonheur des autres. En espérant qu'il restera toujours une trace, une "nostalgie " de ce trip, rappelant à la mémoire de chacun (locaux comme guests), qu'une relation plus riche, où chacun a conscience qu'il a besoin de l'autre, perdurera, transformant une relation plutôt commerciale en une relation plus respectueuse et profonde, tenant compte de notre dépendance mutuelle.

Il sera dur pour nous de revenir sur North Male Atoll, après ce qu'on a vécu sur ce trip. Pas trop envie de gâcher le souvenir de sessions parfaites sans personne à l'eau (juste toi et le spot, en osmose), mais pourtant on souhaite de nouveau aux Maldiviens des spots (sur) peuplés !

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles