Surf - Quand les surfeurs bravent de nouveau les interdits

L'Equipe.fr
·1 min de lecture

Ce week-end, malgré le confinement, de nombreux surfeurs amateurs n'ont pu s'empêcher de filer à l'eau pour vivre leur passion. Cette fois, et contrairement au printemps dernier, sans se cacher. Ce nouveau confinement annoncé mercredi 28 octobre par le président de la République Emmanuel Macron et effectif depuis jeudi soir minuit interdit la pratique des sports amateurs, dont notamment le surf, bien que l'article 46 du décret indique que les plages, les plans d'eau et les lacs restent ouverts à la population. Cette interdiction n'est pas du goût des surfeurs, qui avaient au printemps dernier déjà déjoué les lois du moment pour aller tremper les dérives tôt le matin ou tard le soir, chacun de leur côté, un peu en secret, en évitant les patrouilles de surveillance. Cette fois, lors du premier week-end de confinement, l'interdiction de ne pas se mettre à l'eau a été bafouée. Ce fut clairement le cas samedi et dimanche sur plusieurs spots très célèbres dont la plage centrale et la Côte des Basques à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), mais aussi à Capbreton (Landes). Et à la vue de tous. Samedi, un collectif a par ailleurs appelé à manifester le lendemain à la Côte des Basques. Ils dénoncent « une injustice », « une décision arbitraire », se basant de plus sur le fait que « le milieu océanique n'est pas un terrain de jeu contaminant ». Dans un communiqué, la Fédération française de surf indique, elle, être « d'ores et déjà au travail » et multiplier « les réunions avec les services de l'État pour obtenir des précisions sur plusieurs points. Certaines activités dérogatoires pourraient être précisées très prochainement par les autorités. » Il est donc urgent d'attendre.