Surpopulation carcérale : la prison de Gradignan suspend les admissions

Thibaud MORITZ / AFP

Ce mardi, la prison de Gradignan, située près de Bordeaux, a annoncé suspendre les admissions « jusqu’à nouvel ordre ». En cause ? La surpopulation carcérale, puisque le taux d’occupation de ce centre pénitentiaire excède à ce jour les 200 %. En attendant la reprise des admissions, les nouveaux détenus seront accueillis dans les prisons de Pau, ainsi que de Mont-de-Marsan.

À lire aussi Surpopulation carcérale : veut-on encore réinsérer les détenus ?

Si cet établissement est surpeuplé depuis maintenant plusieurs années, 533 détenus sont incarcérés au sein du bâtiment A, alors même qu’il ne dispose que de 233 places. Une situation qui ne fait que s’aggraver, poussant l’administration à refuser d’installer des matelas supplémentaires dans les cellules, afin de loger 3 détenus dans 8 mètres carrés.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Une situation dangereuse

En effet, cette surpopulation carcérale entraîne de nombreux conflits au sein de l’établissement. Vendredi dernier, un détenu aurait ainsi « pété un plomb », saccageant « l’intérieur de sa cellule pour se plaindre de l’arrivée d’un troisième détenu », raconte un délégué du syndicat FO Pénitentiaire. « Tout ce qu’il a pu casser, il l’a cassé. Il y avait 2-3 centimètres d’eau dans la cellule, tout par terre, de la nourriture, des bouts de verre, du sang car il s’est blessé en même temps… », a-t-il indiqué.

À lire aussi Surpopulation carcérale : un rapport dénonce « l’inertie coupable » du gouvernement

Ces tensions grandissantes emp...


Lire la suite sur LeJDD

Plus de contenus provenant de