Quelle surprise nous réservent les ingénieurs Ducati pour 2020 ?

Germán Garcia Casanova
motorsport.com

Lors des essais de novembre, à Valence et Jerez, Ducati a fait rouler un prototype de sa GP20 dans une version présentée comme n'étant pas encore définitive. Et pour cause, le constructeur assurait alors ne pas vouloir donner à ses adversaires d'idées sur les innovations prévues pour la nouvelle saison. Cette position n'a fait qu'alimenter les rumeurs selon lesquelles les ingénieurs de Borgo Panigale prépareraient une "surprise" avec une nouvelle moto révolutionnaire.

Danilo Petrucci practica una salida con el sistema accionado

Danilo Petrucci practica una salida con el sistema accionado <span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Danilo Petrucci practica una salida con el sistema accionado Gold and Goose / Motorsport Images
Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Gold and Goose / Motorsport Images

L'an dernier, après le Grand Prix de Malaisie, , après quoi il s'est dit convaincu que l'Australien parvenait à abaisser l'arrière de sa Ducati en entrant dans les deux longues lignes droites de la piste de Sepang, avant que la moto ne reprenne sa position normale dans les portions sinueuses. "À Sepang, je me suis battu avec Miller pendant quelques tours, on était très proches et j'ai pu voir que sa moto s'abaissait dans les lignes droites. Quand il arrivait dans les virages, elle se relevait", a expliqué le pilote espagnol, absolument convaincu.

Jusqu'à maintenant, la seule chose visible sur la Ducati était un interrupteur présent sur le tableau de bord, que les pilotes utilisent pour réduire la hauteur de leurs suspensions au départ. Il s'agissait d'une opération ne pouvant être réalisée qu'à l'arrêt et, une fois le frein actionné dans le premier virage, l'arrière de la moto se relevait tel un ressort et retrouvait sa position normale. Cependant, la conviction avec laquelle s'est exprimé Rins suffit à se demander si Ducati n'aurait pas poursuivi le développement de son système holeshot jusqu'à permettre au pilote de l'utiliser non seulement à l'arrêt mais aussi quand il le souhaite pendant la course. Utiliser l'électronique pour régler la hauteur de pilotage d'une moto n'est pas particulièrement difficile à réaliser, cependant c'est interdit par le règlement. Si c'est un système mécanique qui s'en charge, en revanche, ça ne l'est pas.

Detalle de la palomita en la parte central del manillar de la Ducati

Detalle de la palomita en la parte central del manillar de la Ducati <span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Detalle de la palomita en la parte central del manillar de la Ducati Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

"Je pense que c'est très improbable", a répondu Juan Martínez, ancien chef mécanicien chez Ducati, lorsque nous l'avons interrogé sur cette théorie. "Mais rien n'est impossible", a-t-il ajouté. "Il y a plusieurs années, quand j'étais chez Ducati, ils ont testé un système semi-automatique qui faisait tomber la suspension au freinage pour gagner en stabilité. Ils l'ont testé avec Loris Capirossi, en 2003 ou 2004, mais il a été écarté parce qu'il ajoutait trop de poids à la moto."

"En tenant compte du fait que vous ne pouvez pas utiliser l'électronique compte tenu du règlement, la seule possibilité est que Ducati ait perfectionné le système de départ actuel et qu'ils puissent ajuster manuellement la suspension avec un levier sur le guidon qu'ils peuvent actionner lorsque la moto est en mouvement pendant la course", a poursuivi Juan Martínez. "Pour faciliter cela, il faudrait que le levier qui se trouve actuellement au milieu du guidon soit déplacé d'un côté ou de l'autre afin que le pilote puisse l'actionner avec son pouce, sans avoir à relâcher la poignée."

<span class="copyright">Motorsport.com</span>
Motorsport.com

Motorsport.com

Après avoir introduit avec succès les ailerons, le sabot sur le bras oscillant, les roues carénées ou encore la salad box, la prochaine révolution de Ducati pourrait bien être un holeshot device standardisé que pourrait actionner le pilote à sa volonté. Gageons que nous en saurons plus lors du test collectif de Sepang, à partir de vendredi.

À lire aussi