Suzuki ne remplacera pas Davide Brivio

Germán Garcia Casanova
·2 min de lecture

Davide Brivio a surpris les dirigeants de Suzuki en annonçant son départ de l'équipe quelques semaines après le doublé aux championnats des pilotes, grâce à Joan Mir, et des constructeurs. Le désormais ancien directeur de l'équipe est attendu en F1 chez Alpine. Shinichi Sahara, directeur du projet MotoGP de Suzuki, a reconnu un "choc" lorsqu'il a appris la décision de Brivio, mais fidèle à sa réputation, la marque n'a pas paniqué et elle a souhaité prendre le temps d'analyser calmement la situation.

Selon les informations de Motorsport.com, Suzuki n'a pas l'intention de recruter un dirigeant au profil similaire à celui de Brivio, ni de désigner un unique successeur à court ou moyen terme, préférant restructurer son équipe. Le but est de conserver la dynamique qui a permis à la marque de Hamamatsu de remporter son premier titre depuis 20 ans et d'éviter des recrutements qui pourraient venir troubler une certaine stabilité.

Lire aussi :

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

"En 2020, nous avons obtenu de formidables résultats malgré la situation inhabituelle et difficile due au COVID-19. 2021 sera une année encore plus importante pour que nous puissions poursuivre sur cette lancée", précisait Sahara lors de l'officialisation du départ de Brivio.

Plusieurs noms ont été avancés pour remplacer Brivio depuis la semaine dernière mais ces rumeurs sont majoritairement lancées par des figures désireuses de retrouver un poste en MotoGP. Suzuki ne cherche pas à sonder le "marché" des team managers, préférant un ensemble de solutions en interne. Des membres actuels de l'équipe se partageront donc les responsabilités qui incombaient jusque-là à Brivio.

Avant de quitter Suzuki, le dirigeant italien a lui-même recommandé l'un des ingénieurs de l'équipe comme successeur, mais ce conseil n'a pour le moment pas été suivi d'effet. Shinichi Sahara et Ken Kawauchi, le directeur technique, devraient chacun assurer une partie des tâches revenant au directeur d'équipe tandis que les autres responsabilités exécutives, ou relatives au marketing et aux relations avec les sponsors, devraient revenir à différents membres du staff existant.

Le Groupe Renault n'a pas encore confirmé l'arrivée de Davide Brivio au poste de directeur général d'Alpine, mais il a en revanche annoncé le départ de Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing. "Un nouveau défi et une nouvelle opportunité professionnelle se sont soudainement présentés à moi et j'ai fini par décider de les saisir", a simplement précisé Brivio la semaine dernière, reconnaissant une "décision difficile."