Suzuki promet de ne pas "perdre le cap" sans Brivio

Vincent Lalanne-Sicaud
·3 min de lecture

Une semaine après l'annonce du départ de Davide Brivio, attendu chez Alpine en F1, Suzuki prépare l'avenir sans le directeur d'équipe qui l'a mené au titre en 2020. Comme Motorsport.com l'annonçait, l'Italien ne sera pas remplacé par un manager recruté en externe et le constructeur de Hamamatsu souhaite s'appuyer sur les dirigeants déjà présents au sein de l'équipe.

Lire aussi :

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

"Je pense que nous pouvons gérer la situation avec les gens qui font partie de Suzuki, et que c'est la meilleure solution pour nous", annonce Shinichi Sahara, directeur du projet MotoGP au sein du constructeur, sur le site officiel de l'équipe. "Nous savons qui nous sommes, comment nous interagissons, et ce dont nous avons besoin. Nous n'allons pas chercher un manager en externe maintenant, nous allons essayer de gérer la situation nous-mêmes."

Les responsabilités qui incombaient à Brivio devraient désormais être séparées et revenir essentiellement à Sahara et à Ken Kawauchi, directeur technique. Ces changements n'ont pas été officialisés mais l'équipe confirme que les modifications seront mineures : "Il est toujours nécessaire d'ajuster la structure de l'équipe pour tirer la meilleure performance possible de chaque membre, même sans le départ de Davide", rappelle Sahara. "Mais je pense que tout le monde est suffisamment professionnel et a le savoir-faire pour avancer de la meilleure façon possible."

C'est sûr que cela va nous affecter, mais je ne pense pas que nous allons perdre le cap sans lui, parce que nous avons toujours vu les choses sous le même angle et que nous étions d'accord sur la direction à prendre.

Shinichi Sahara, directeur du projet MotoGP de Suzuki

Une nouvelle ère va s'ouvrir pour Suzuki, dont tous les éléments de la structure en MotoGP ont été façonnés par Davide Brivio, en charge du programme depuis que la marque a annoncé son retour dans la catégorie au cours de l'année 2014. Sahara reconnaît un "choc" après l'annonce de Brivio mais pense que l'équipe est suffisamment bien structurée pour pallier ce départ.

"J'apprécie vraiment ce que Davide a fait depuis son arrivée chez Suzuki, en arrivant au début du projet et en le faisant grandir pour devenir un top team. C'est sûr que cela va nous affecter, mais je ne pense pas que nous allons perdre le cap sans lui, parce que nous avons toujours vu les choses sous le même angle et que nous étions d'accord sur la direction à prendre. J'ai une pleine confiance en la structure de l'équipe et dans les personnes qui ont contribué à la mettre en place."

"Quand Davide a annoncé [son départ] à l'équipe, tout le monde était sous le choc, évidemment", a ajouté Sahara. "Mais rapidement, nous avons réfléchi aux solutions pour surmonter cette situation ensemble. Nous serons plus unis que jamais parce que nous aimons tous cette marque, et nous allons donner 150% pour faire face aux nouveaux défis de la meilleure façon."

Lire aussi :

Rins : Suzuki peut conserver son "harmonie" sans Brivio

Shinichi Sahara assure que le départ de Davide Brivio n'entame en rien la motivation de Suzuki, qui s'apprête à défendre ses couronnes dans le championnat des équipes et des pilotes, après le sacre de Joan Mir en 2020. "Je pense que cela n'aura pas de conséquences maintenant. Nous allons travailler comme nous savons le faire, et encore plus qu'avant maintenant que nous avons remporté le championnat. Notre attitude n'a jamais changé : nous allons encore viser le titre avec nos deux bons pilotes, Mir et [Álex] Rins."

"Cela n'aura pas d'influence sur la capacité de nos pilotes à jouer le championnat", a ajouté le dirigeant. "Nous sommes déjà titrés et nous avons deux pilotes jeunes, talentueux et excellents. Ils savent comment gérer les problèmes ou les situations difficiles et gérer la pression à tout instant. Je ne suis absolument pas inquiet à ce niveau. Ils sont tous très professionnels et prêts pour la saison 2021."