Symonds reconnaît que l'aéro 2019 a été conçue "à la hâte"

Benjamin Vinel

Deux ans après le bouleversement du Règlement Technique en 2017, les règles sur le design des ailerons avant ont été modifiées afin de faciliter les dépassements, mais cela n'a pas été un succès, bien que les courses se soient généralement avérées passionnantes. D'après Symonds, la F1 n'a pas vraiment pris le temps de s'assurer que le concept validé allait porter ses fruits.

Pat Symonds on the Autosport Stage

Pat Symonds on the Autosport Stage <span class="copyright">Paul Foster</span>
Pat Symonds on the Autosport Stage Paul Foster
Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Paul Foster

"En fait, nous n'avons jamais utilisé exactement la sorte de configuration envisagée par la réglementation. Nous avions fait beaucoup de recherches jusqu'à ce moment [où la réglementation 2019 a été annoncée], mi-2018, et nous commencions à comprendre des domaines cruciaux, mais nous n'avions pas employé la configuration en question sur la piste. Je pense donc que nous aurions pu un peu mieux nous acquitter de tout cet exercice. Mais je ne vois aucunement cela comme un précédent de ce que nous avons fait pour 2021."

Comme avant chaque changement majeur de réglementation, les écuries vont devoir prendre des décisions cruciales quant à la répartition de leurs ressources financières et humaines entre le développement de leur monoplace 2020 et la conception du bolide 2021, qui ne pourra logiquement pas être une évolution du précédent.

Lire aussi :

Steiner : "Très naïf" de penser que la hiérarchie changera en 2021

"S'il y a une domination à l'avant [en 2020], alors cette écurie dominatrice, quelle qu'elle soit, pourra probablement se permettre de faire la bascule [vers le développement 2021] un peu plus tôt. Mais je pense qu'il ne va pas y avoir de domination à l'avant. Je pense qu'il va y avoir une bonne bataille à l'avant. Et j'espère que cela empêchera les équipes de se détendre et de simplement s'occuper des voitures 2021, tandis que certains teams plus loin dans la hiérarchie pourraient consacrer un peu plus d'efforts à la voiture 2021. Nous devrions donc voir une bonne saison cette année. Et même si généralement, le changement [de réglementation] sépare initialement les voitures avant qu'elles ne se rassemblent, j'espère qu'en 2021, il y aura de belles courses également", conclut Symonds.

Propos recueillis par Jonathan Noble

À lire aussi