Le témoignage poignant de Sophia, dont l’ancien compagnon est jugé pour pornodivulgation et chantage

Pixabay

Sophia a vécu un enfer ces huit dernières années. Cette femme de 38 ans accuse son ex-conjoint de violences et de cyberharcèlement depuis leur rupture. "Après un énième bobard, je lui annonce que c’est fini. Il me répond : Tu rêves ? C’est pas toi qui décides, je t’ai façonnée comme je voulais, tu restes avec moi", a-t-elle expliqué auprès Parisien, mercredi 30 novembre 2022. Cet homme de 45 ans comparaît devant le tribunal correctionnel de Toulouse (Haute-Garonne) pour chantage, atteinte à l’intimité, appels malveillants, usurpation d’identité et violences, survenues entre 2014 et 2016. Refusant la séparation, son ancien compagnon aurait décidé de se venger en publiant sur des sites de rencontres et de contenus pornographiques des photos et vidéos intimes de Sophia. Ce procédé malveillant porte un nom : le revenge-porn, ou "pornodivulgation". D'après le récit de la plaignante, cet homme déjà condamné pour des faits similaires aurait créé de nombreux faux profils chaque jour, dont ils envoyaient les liens à la famille de la victime, ses proches, ses collègues de travail et l'association de chiens guides d'aveugle où elle était bénévole. "Quand je me suis vue, c’était l’horreur absolue."

Depuis 2016, la vengeance pornographique est passible de deux ans d'emprisonnement et 60.000 euros d'amende. Mais pour cela, les plaintes doivent être prises au sérieux. "J'ai essuyé des commentaires graveleux, du type : Ah mais on aimerait bien les voir, ces vidéos ! Le pire, c’est une policière (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite