T.J. Parker après la défaite de l'Asvel contre Monaco : « Il y a de la colère... »

Le coach de l'ASVEL T.J. Parker est sévère par rapport à l'attitude de ses joueurs. (F. Faugère/L'Equipe)

L'entraîneur de l'Asvel T.J. Parker était amer après la défaite subie à domicile par son équipe (74-82) ce mercredi devant Monaco lors du match 1 de la finale. Youssoupha Fall reconnaissait, lui, une faillite au rebond.

T.J. Parker (entraîneur de l'Asvel, battue par Monaco) : « On ne peut pas commencer une finale comme ça. Prendre 29 points dès le premier quart-temps, ce n'est pas possible. On avait parlé des rebonds, Monaco est plus costaud que nous sur le poste 4, on devait faire les efforts différemment.

Il faut qu'on arrête d'attendre d'être menés de 19 points pour se mettre à jouer. On est revenus à six points au début du troisième quart-temps mais on laisse un espace à Alpha Diallo puis on utilise mal les fautes et Paris Lee marque à trois points. Il y a des choses que l'on doit en faire en finale : ce sont des sacrifices. Et on ne l'a pas fait. Il y a de la colère car on jouait bien au basket après le quart de finale contre Cholet. Mais on ne peut pas commencer comme ça contre une équipe aussi dangereuse. Ils ont mis des tirs très difficiles mais c'est leur identité. »

Chris Jones touché au genou gauche

Au duel avec Dwayne Bacon à une minute du buzzer, Chris Jones a quitté le terrain en grimaçant, touché au genou gauche. Le meneur, deuxième meilleur marqueur de l'Asvel en play-offs, a immédiatement filé aux vestiaires. « On verra comment il se sent demain. Je n'en sais pas plus pour l'instant », a déclaré T.J. Parker.

Youssoupha Fall

« On a laissé Monaco dérouler son basket »

Youssoupha Fall (Asvel) : « On savait que ce serait un match difficile mais on se l'est rendu difficile car on a été trop ''soft'' (mous). Il n'y a rien à ajouter. Le rebond (41 prises à 27 pour Monaco), c'était l'un des secteurs les plus importants. Le coach nous avait prévenus et on a failli. Maintenant, on doit rectifier le tir. On a laissé Monaco dérouler son basket, ce n'est pas qu'une question de rythme (l'Asvel n'avait pas joué depuis neuf jours) : on a été trop gentils avec eux. C'est une question de mentalité : il faut être le plus dur possible, si tu es fatigué, tu demandes un changement et tu reviens. On a 12 joueurs opérationnels. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles