Le tacle de l’Euro – Didier Deschamps, le diesel tactique

·1 min de lecture
Didier Deschamps, sélectionneur de l'équipe de France depuis 2012.
Didier Deschamps, sélectionneur de l'équipe de France depuis 2012.

Parfois, pour trouver la formule magique, il faut y être contraint. Après la victoire solide contre l'Allemagne où la France avait montré qu'elle pouvait dominer n'importe quelle équipe quand elle le voulait ? quinze minutes par match environ ?, une bouillie de football face à la Hongrie ? prouvant qu'elle ne savait pas faire le jeu ?, les Bleus de Deschamps ont pris l'eau pendant 45 minutes. Face aux Portugais (2-2), sans changer fondamentalement de système ? « DD » est un homme d'habitudes ?, le sélectionneur avait mis deux hommes frais : Jules Koundé titulaire à droite ? poste qu'il n'occupe pas en club ? et Corentin Tolisso ? le nouveau Matuidi.

Las, cette première mi-temps a été catastrophique, les Français ayant été bousculés comme rarement, multipliant les passes ratées et jouant petit bras. Ce côté droit expérimental a sombré. Pour ses débuts en compétition internationale, Koundé n'a pas pesé et s'est fait à de nombreuses reprises déborder. Tolisso, lui, a délaissé le côté droit pour se recentrer ? n'est pas Matuidi qui veut. Plus que le pénalty très généreux accordé et transformé par Karim Benzema, c'est bien la causerie de la mi-temps du sélectionneur et sa capacité à s'adapter qui a changé le visage de cette équipe et la physionomie du match.

À LIRE AUSSILe tacle de l'Euro ? Benzema, retour vers le futur

Les précédents 2016 et 2018

L'entrée de Coman à droite à la 66e minute a permis de donner plus d'allant offensivement ? rééquilibrant la ligne d'at [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles