Le tacle de l’Euro – Le foot, comme on l’aime, n’est pas (totalement) mort

·1 min de lecture
L'Italie en finale de l'Euro.
L'Italie en finale de l'Euro.

Un dicton anglais dit qu?il ne faut jamais juger un livre à sa couverture. Alors que l?Euro 2020 commençait ? un an trop tard ?, on se demandait bien comment on pourrait vibrer après une année foot en enfer. Le format de la compétition (24 équipes) et son déroulement (dans une dizaine de pays) ne nous faisaient guère rêver. Surtout après la saison qu?on avait vécue : des supporteurs remplacés par une bande-son insupportable dans des stades vides ; des cadences infernales ? deux saisons en une ? à cause d?une pandémie mondiale ; un drame médiatico-économique (pas terminé) pour notre Ligue 1 avec un diffuseur qui lâche en rase campagne ses droits et reprend son milliard ; un putsch raté de douze grands clubs voulant récupérer le magot? Bref, cet Euro avait du boulot pour remonter la cote d?un football dans un état pitoyable.

Puis sont venues les premières rencontres. L?émotion de l?arrêt cardiaque de Christian Eriksen, sauvé par les premiers gestes de son coéquipier. Une finale avant l?heure entre la France et l?Allemagne dans un groupe relevé. Les huitièmes de finale ont fait franchir un autre niveau à cette compétition. Les matchs palpitants entre la Croatie et l?Espagne, puis la France et la Suisse, même si l?issue est cruelle, nous ont emballés par leur suspense. L?affiche de haut niveau entre la Belgique et le Portugal a détourné notre regard du deuxième tour des régionales ? ce n?était pas, il est vrai, très difficile. Les quarts ont continué sur ce bon [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles