Le tacle du lundi – Domenech, le délit de sale gueule se porte bien

Par Florent Barraco
·1 min de lecture
Raymond Domenech va prendre les rênes du FC Nantes.
Raymond Domenech va prendre les rênes du FC Nantes.

Dans le « football circus », il y a ceux qui ont la carte et ceux qui ne l'ont pas. Depuis toujours, Raymond Domenech ne l'a pas. Sa récente nomination comme entraîneur au FC Nantes vient tristement le rappeler. Tout a été ressorti : son manque d'expérience comme entraîneur de club (sa dernière ligne de CV remonte à 1993 avec l'Olympique lyonnais), son style de jeu frileux, son arrogance et, bien évidemment, l'affaire Knysna en 2010. Avec tous ces boulets, il est écrit que Raymond Domenech va échouer et faire s'écraser les déjà très pâles canaris. Les « experts » du foot aimant l'odeur du sang, pour reprendre une formule de Domenech, attendent avec impatience les premiers faux pas du, rappelons-le, vice-champion du monde.

Prenons la principale critique faite au néo-entraîneur : il va enterrer le fameux jeu à la nantaise, ce vieux serpent de mer. Faut-il rappeler que ce système basé sur l'attaque et le mouvement est mort depuis près de 30 ans ? avec une résurgence lors du court règne de Raynald Denoueix ? Comment Raymond Domenech pourrait-il être le fossoyeur d'un esprit déjà mort ? Jean-Marc Furlan, Sergio Conceiçao, Claudio Ranieri ou Christian Gourcuff n'ont pas réussi à insuffler ces principes : leur en tient-on rigueur ? Le FC Nantes est une institution, comme les Girondins de Bordeaux, d'ailleurs, qui ne brille que par le souvenir d'un glorieux passé. La mission de Raymond Domenech est d'abord de maintenir le club en Ligue 1 et de tenter de créer un es [...] Lire la suite