Le tacle du lundi – Gloire à Didier Deschamps

Par Florent Barraco
·1 min de lecture
Didier Deschamps en septembre 2020.
Didier Deschamps en septembre 2020.

N'en jetez plus : à trois mois de l'Euro, l'équipe de France de football inquiète et ennuie. Un match nul peu glorieux contre l'Ukraine (1-1), une victoire sans panache contre l'Azerbaïdjan (0-2) et voilà un homme au c?ur des critiques : Didier Deschamps. Le sélectionneur des Bleus ne sublime pas notre potentiel offensif (Griezmann, Mbappé, Dembélé, Coman, etc.), n'appelle pas Karim Benzema (un sujet pourtant clos depuis 2016) et se contente de victoires à la petite semaine (plus de 70 quand même !). L'ancien capitaine de l'OM et de l'équipe de France est dans le viseur, car le style de jeu de son équipe n'est pas enthousiasmant. L'un de nos tacleurs les plus émérites a même réclamé son départ. Incroyable, mais vrai !

Faut-il rappeler qu'un sélectionneur n'a ses joueurs que quatre ou cinq fois par an lors de rassemblement n'excédant pas quinze jours. Compliqué pour développer une identité de jeu. « Comment font les autres ? » disent les contempteurs de Deschamps. Regardez outre-Rhin où Joachim Löw avec les mêmes contraintes applique des principes offensifs et un jeu débridé. C'est oublié un peu vite que les Allemands jouent majoritairement en Allemagne et que la colonne vertébrale de la Mannschaft appartient au Bayern Munich. La Ligue 1 étant ce qu'elle est, nos joueurs ont essaimé dans toute l'Europe. Notre secteur offensif provient de sept clubs différents ! Comment voulez-vous de la cohérence et des automatismes ? Alors Deschamps bricole et tente, et c [...] Lire la suite