Le tacle du lundi – Les trous de mémoire de Neymar

Par Florent Barraco
·1 min de lecture
Neymar, le 13 décembre 2020.
Neymar, le 13 décembre 2020.

Au moment de composer son « onze de légende » du Paris Saint-Germain, Neymar a-t-il fredonné cet air de Jeanne Moreau « J'ai la mémoire qui flanche, j'me souviens plus très bien » ? Pour choisir son équipe, le joueur brésilien a pris le soin de ne pas remonter trop loin : 1992 pour le Parisien le plus ancien (Weah). Pour un club né en 1970, l'amnésie est importante. Qui trouve-t-on dans ce « 11 » ? Buffon, dont la saison au PSG s'est traduite par une décote terrible (plusieurs erreurs fatales dans des matchs importants) ; Beckham, dont les six mois sont à ranger davantage au rayon marketing que sportif ; Ibrahimovic, dont les 180 rencontres ont certes accouché de 156 buts, mais sans franchir le palier européen.

Il ne faut pas être grand clerc, ou spécialiste de foot, pour voir qu'il s'agit au mieux du copinage entre Brésiliens (6 sur 12), au pire d'une méconnaissance crasse du club qui le paie. Où sont Bernard Lama, Dominique Rocheteau, Rai ou David Ginola, dont l'empreinte sur l'histoire, sur le jeu et le palmarès européen du PSG est beaucoup plus importante que celle de Nenê (oui, il y est !) ou Dani Alves (deux années de préretraite qui n'auront pas marqué les mémoires) ?

Miroir de la société

On entend les défenseurs du joueur le plus cher de l'histoire du club : « Il parle des joueurs qu'il connaît. » Que Neymar ne connaisse pas Safet Su?i? ou Mustapha Dahleb passe encore ? et encore, YouTube existe ! ?, mais l'effacement du PSG d'avant Qatar révèle u [...] Lire la suite