"Tape dans le ballon et tais-toi !" : un joueur de foot a le droit d’avoir des convictions !

·1 min de lecture

L’Euro de foot a commencé il y a sic jours. L’Italie a battu la Suisse 3 à 0 hier soir et est déjà en huitièmes de finale. Un adversaire de taille pour les Bleus. Mais pour Virginie Phulpin, les footballeurs ont d’autres adversaires : tous ceux qui leur disent, en gros, "joue et tais-toi".  

Qu’est-ce qu’un footballeur a le droit de dire, de faire, pendant que tout le continent le regarde ? Pas grand-chose, en fait. Ces derniers mois, on a vu qu’ils avaient de plus en plus envie et besoin de s’exprimer sur des sujets de société. Mais ça chiffonne beaucoup de gens, qui aimeraient voir le stade et ses dieux rester une grande muette.

Vous avez vu la levée de boucliers en France quand les Bleus ont dit qu’ils voulaient mettre un genou à terre pour lutter contre le racisme. On leur répond de rester à leur place, de taper dans le ballon, de garder la politique hors du stade et de laisser faire les grandes personnes. Les Bleus ont renoncé. Mais ce que Virginie Phulpin trouve gênant, c’est qu’ils sont, eux, régulièrement confrontés au racisme dans les stades, les instances les ont autorisés à s’agenouiller avant un match, mais ça ne passe pas dans l’opinion publique.

Que vous soyez favorables ou opposés à ce geste, peu importe. Les joueurs devraient avoir le droit d’avoir leur propre avis et de l’exprimer. Là, ils sont en permanence pris entre le marteau et l’enclume. Pourquoi tu veux t’exprimer sur ce sujet, et sur tel autre sujet, alors, pourquoi tu n’as rien dit ? Ce sont des joue...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles