Tchouaméni, le Bordelais qui avait encore tant à prouver

"Si, en 2019, on m'avait dit que Tchouaméni serait l'un des tauliers de l'équipe de France trois ans plus tard en Coupe du monde, je ne l'aurais pas cru une minute." Thibault, qui supporte les Girondins depuis 30 ans, exprime là un sentiment partagé par une bonne partie des fans bordelais. Au lieu de facilement se moquer d'eux – la tentation est grande –, il convient de rembobiner de quelques mois le film de la carrière du joueur qui a grandi à Artigues-près-Bordeaux, une banlieue molle de la capitale aquitaine. En janvier 2020, les Girondins, déjà en proie à des difficultés financières, cèdent Aurélien Tchouaméni à l'AS Monaco pour 20 millions d'euros plus 10% sur la plus-value que réalisera l'ASM en cas de revente. Un pactole, pensent alors de nombreux supporters comme Thibault. "Cela me faisait penser aux ventes d'Adam Ounas ou Gabriel Obertan, des espoirs vendus au-dessus de leur valeur, resitue le tout juste quadragénaire. Pour…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com