Tennis - Affaire Peng Shuai - Le président de la WTA Steve Simon suspend les tournois en Chine suite à l'affaire Peng Shuai

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Peng Shuai
    Peng Shuai
    Joueuse de tennis chinoise

La WTA a annoncé ce mercredi soir qu'elle suspendait ses tournois organisés en Chine en réponse à l'affaire Peng Shuai. Steve Simon, le patron de la WTA, campe sur la position qui est la sienne depuis plusieurs semaines vis-à-vis de la Chine dans le cadre de l'Affaire Peng Shuai et a décidé de mettre ses menaces à exécution puisque son organisation a annoncé ce mercredi suspendre les tournois en Chine. lire aussi Steve Simon, campé sur sa ligne de fond « Je ne vois pas comment je pourrais demander à mes joueuses d'aller jouer là-bas alors que Peng Shuai n'est pas autorisée à communiquer librement et a apparemment subi des pressions pour contredire ses accusations sur des violences sexuelles, a déclaré Steve Simon dans un communiqué. Étant donné la situation, je suis également très inquiet concernant les risques qu'encourraient les joueuses et le staff si nous devions tenir des événements en Chine en 2022. » La moitié des revenus de la WTA provenait de Chine avant la pandémie Alors que Thomas Bach, le président du CIO, s'était de son côté satisfait d'organiser avec les Chinois une visio-rencontre avec la joueuse de tennis apportant une première preuve de vie indéniable, la WTA réclame, elle, en vain des Chinois des preuves de liberté de l'ancienne n°1 mondiale de double, dont la situation inquiète depuis qu'elle a accusé un ex-dignitaire chinois de l'avoir violée. « Si les puissants peuvent supprimer les voix des femmes et balayer des accusations d'agression sexuelle, alors le socle sur lequel la WTA a été fondée, l'égalité entre les femmes et les hommes, subirait un immense revers. Je ne vais pas laisser cela arriver à la WTA et ses joueuses », a ajouté Steve Simon, qui a de nouveau appelé à une enquête transparente sur les accusations formulées par Peng Shuai. Cornet et « BJK » saluent le choix de Simon Simon avait signé en 2018 un très gros contrat sur dix ans pour installer son Masters à Shenzhen, ville du sud-est de la Chine. Mais il avait averti : « Nous sommes tout à fait prêts à retirer nos activités (de Chine) et à faire face à toutes les complications qui en découlent, parce que c'est plus important que les affaires. » Sa décision a été saluée sur les réseaux sociaux. « Quel leader ! », a commenté la joueuse française Alizé Cornet.

L'ancienne championne américaine Billie Jean King a applaudi « cette prise de position forte de la WTA pour défendre les droits de l'homme en Chine et dans le monde. La WTA est du bon côté de l'histoire en soutenant nos joueuses ».

Cette saison, aucun des neuf tournois qui devaient se dérouler en Chine n'a pu s'y tenir en raison de la pandémie de Covid-19 et le Masters a trouvé in extremis refuge à Guadalajara, au Mexique. Avant la pandémie, il est estimé que la moitié des revenus de la WTA provenaient de Chine.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles