Tennis - Affaire Peng Shuai - « Si la situation reste en l'état, je ne jouerai pas en Chine » annonce Nicolas Mahut en soutien à Peng Shuai

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Satisfait de la réaction de Steve Simon et de la WTA, Nicolas Mahut est en revanche très déçu du silence du Comité international olympique (CIO) et du communiqué laconique de la Fédération internationale de tennis (ITF). « Steve Simon a annoncé que si la situation concernant Peng Shuai n'évoluait pas, la WTA n'hésiterait pas à stopper toute collaboration avec la Chine. Selon vous, l'ATP devrait-elle prendre la même décision ?
Je pense que Steve Simon a montré un vrai leadership dans cette situation. J'apprécie beaucoup son communiqué. Je trouve que l'ATP a vite emboîté le pas. Je suis assez certain qu'ils emprunteront le même chemin : si on n'a pas de nouvelles, si la situation ne bouge pas, l'ATP suivra la WTA. Selon moi, c'est ce qu'on devrait faire. Personnellement, si la situation reste en l'état, je ne jouerai pas en Chine. Mais on doit être unis. Le président de l'ITF, David Haggerty, n'a rien dit. J'attends de lui qu'il fasse comme Steve Simon. J'espère qu'il va vite se réveiller. lire aussi «Si l'affaire Peng Shuai est politisée, on n'aura plus de nouvelles» L'ITF a publié un communiqué laconique...
Je l'ai lu. Je suis très déçu du communiqué de l'ITF et encore plus de David Haggerty qui est inexistant depuis le début. Sur Twitter, vous avez interpellé Thomas Bach, le président du Comité international olympique (CIO)...
Selon moi, c'est extrêmement embarrassant que le CIO ne s'exprime pas. Ils devraient parler à quelques mois des Jeux d'hiver en Chine (à Pékin du 4 au 20 février). J'espère qu'ils vont le faire rapidement. C'est bien que L'Équipe fasse une Une, mais le Comité international olympique n'a toujours rien fait. C'est assez embarrassant à quelques mois des Jeux Olympiques en Chine.

« Sur les violences faites aux femmes, on ne peut pas rester silencieux. Et encore moins censurer quand des femmes veulent s'exprimer sur le sujet » Vous avez évoqué la possibilité de ne pas aller en Chine. Cela pourrait aller jusqu'à ce genre de décisions individuelles pour mettre la pression ?
J'espère que ce sera une décision collective parce qu'individuellement on ne peut pas faire grand-chose. Ça fait quelque temps qu'on parle d'unité, il n'y a pas meilleur moment pour le prouver. Mais ça commence mal, vu comme l'ITF est à la traîne là-dessus. Individuellement, moi, c'est certain que si les choses n'évoluaient pas, je n'irais pas jouer là-bas. » lire aussi Affaire Peng Shuai : ne plus céder au chantage Pierre-Hugues Herbert intervient et interroge son partenaire : « Est-ce qu'on peut encore espérer des bonnes nouvelles de Peng Shuai ? Est-ce qu'on peut espérer une vidéo ?
C'est ce qu'il faut demander. Et au-delà de ça, il faut aussi que la justice puisse faire son travail. Qu'elle puisse s'exprimer, porter plainte si elle le veut. Sur les violences faites aux femmes, on ne peut pas rester silencieux. Et encore moins censurer quand des femmes veulent s'exprimer sur le sujet. C'est très sensible et il faut prendre le problème à bras le corps. Je suis content des propos de Steve Simon. Je n'étais pas un grand fan jusqu'à présent, mais là je trouve qu'il a super bien réagi. » lire aussi Tout sur l'affaire Peng Shuai

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles