Tennis - ATP - Cincinnati - Cincinnati : Nick Kyrgios s'autodétruit face à Karen Khachanov

L'Equipe.fr
L’Equipe

Bien parti face à Karen Khachanov au deuxième tour de Cincinnati, Nick Kyrgios a fini par se perdre dans des discussions infinies avec l'arbitre (6-7 [3], 7-6 [4], 6-2). Le Russe affrontera Lucas Pouille jeudi pour une place en quarts. Par où commencer ? Peut-être par le moment où Nick Kyrgios a fait partir ce match en vrille. Il avait alors un set d'avance et disputait la fin de la deuxième manche face à Karen Khachanov. L'arbitre a activé un peu trop vite le décompte du temps entre deux de ses points au service et l'Australien n'a pas du tout aimé. Il est resté en boucle là-dessus jusqu'à la fin de la rencontre. À chaque temps mort de la rencontre, un nouveau monologue devant un public médusé et finalement agacé par ses éternelles élucubrations. Le tableau de Cincinnati L'histoire s'était plutôt bien lancée pour Kyrgios, capable de balancer un ace à plus de 200km/h sur seconde balle pour sauver une balle de break (et d'enchaîner sur deux autres aces), tentant deux tweeners (1/2) pour ravir la galerie ou encore, potache au moment de faire semblant de servir à la cuillère. Dans le jeu, ce n'était pas tout à fait ça mais comme Karen Khachanov a redonné son break avec deux fautes et une double, les deux joueurs se sont retrouvés au jeu décisif. L'Australien l'a largement dominé, a ensuite fait appel au physio et dit tout haut qu'il souffrait trop et qu'il aurait abandonné s'il avait perdu le premier set. « Rafa joue aussi vite ? Si c'est le cas, je vais arrêter le tennis. » Mais il a continué à se battre comme si de rien n'était, jusqu'au moment où il a montré sa pire version de lui-même et commencé ses échanges avec l'arbitre. Il ne l'a plus lâché, multipliant les provocations verbales de « la patate sur une chaise » au « pire arbitre du jeu ». L'exemple Rafael Nadal, pourtant loin de tout ça et en train de préparer l'US Open, a été convoqué puisque le différend venait du temps mis entre les points de service. « Rafa joue aussi vite ? Si c'est le cas, je vais arrêter le tennis. » Ou encore : « Si on prend seulement la routine de Rafa, ça prend au moins 20 secondes. C'est une blague, je suis un des joueurs les plus rapides. » À force de le chercher, l'Australien a fini par trouver l'arbitre qui lui a mis un point de pénalité juste après la perte du deuxième set au tie-break. Une décision qui faisait rentrer encore un peu plus Kyrgios dans un univers parallèle. Il quittait le court pour faire une pause au vestiaire avec deux raquettes en main. On se disait qu'il allait tenter de reprendre ses esprits. Mauvaise pioche. Il fracassait ses deux raquettes dans le couloir avant de revenir tranquillement sur le court. Le temps de préparer une nouvelle raquette en mettant un grip', il déclenchait une nouvelle dispute avec l'arbitre qui lui demandait d'accélérer le mouvement : Khachanov attendait pour servir. Dans cette rencontre plongée dans l'absurde, face à un adversaire qui n'en avait apparemment plus rien à faire de ce qui se passait sur le court, le Russe a réussi à rester d'un calme olympien. Une performance tant Kyrgios en a fait des tonnes en face de lui. Ça a fini par payer et il inscrivait les quatre derniers jeux du match pour rejoindre Lucas Pouille au troisième tour (6-7 [3], 7-6 [4], 6-2). Kyrgios, lui, refusait de serrer la main de l'arbitre, lâchait un dernier outrage avant de balancer tranquillement raquettes cassées, chaussures et serviettes dans le public. Mais pas sûr qu'il s'en tire si facilement.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi