Tennis - ATP - Cincinnati - Stefanos Tsitsipas à propos des pauses toilettes : « Il n'y a aucune raison pour que j'arrête de faire ça »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Pointé du doigt pour une longue pause toilettes à la fin du premier set de sa demi-finale face à Alexander Zverev à Cincinnati, Stefanos Tsitsipas ne voit pas où est le problème. C'est une pause qui fait de plus en plus parler. Le « bathroom break » ou pause toilettes est en train de devenir une routine pour certains joueurs. Novak Djokovic en avait régulièrement fait usage lors du dernier Roland-Garros, s'attirant notamment les foudres de son adversaire en finale... Stefanos Tsitsipas. lire aussi Zverev vient à bout de Tsitsipas à Cincinnati Car, bien évidemment, cette fameuse pause est souvent prise suite à un set perdu. Mais depuis, le Grec en est devenu un fervent adepte. Ainsi, après avoir perdu samedi son premier set face à Alexander Zverev en demi-finales du Masters 1000 de Cincinnati, il a pris son sac pour s'enfermer dans les toilettes. Le fait que l'on voie son père et coach, Apostolos, textoter durant tout ce laps de temps pose forcément question.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Zverev s'en est ouvertement plaint à l'arbitre qui n'avait pas d'autre choix que de lui répondre qu'il appliquait juste le règlement en autorisant Tsitsipas à prendre sa pause. Quoi qu'il en soit, il s'est passé près de 10 minutes entre le dernier point du premier set et le premier du deuxième. Stefanos Tsitsipas « Je ne pense pas que ce serait super sympa de changer mon short devant tout le public. Je préfère le faire dans les vestiaires, y compris pour les chaussettes et les chaussures. » Tsitsipas était d'ailleurs prêt à recommencer à l'entame du dernier set, mais l'arbitre lui a rappelé que le règlement n'autorisait qu'une seule pause toilette. Malgré les critiques et les questionnements quant au bien-fondé de cette règle ou ses possibles détournements, le Grec - finalement battu (6-4, 3-6, 7-6 [4]) - ne compte pas changer quoi que ce soit à son comportement. « Je l'ai déjà expliqué, il n'y a rien de fou, a réagi l'intéressé. Ce n'est pas de l'astrophysique. Je vais aux toilettes pour me changer. Je ne pense pas que ce serait super sympa de changer mon short devant tout le public. Je préfère le faire dans les vestiaires, y compris pour les chaussettes et les chaussures. Il n'y a rien d'exceptionnel à ça. Je transpire plus que d'autres. C'est concevable, non ? On me vanne là-dessus, mais c'est comme ça. Surtout, les gens doivent comprendre qu'il n'y a aucune raison pour que j'arrête car cela me permet de me sentir mieux sur le court à l'attaque d'un nouveau set. » lire aussi Le tableau du Masters 1000 de Cincinnati Et quand on lui rappelle que le règlement n'autorise qu'une pause tous les trois sets, le Grec fait la moue. « J'aimerais vérifier ça. En tout cas, je ne pense pas que ce soit adapté. Surtout quand vous voyez que certains sets peuvent durer une heure et demie. Et avec tous les liquides que nous absorbons, on peut avoir envie d'aller aux toilettes plus souvent, c'est évident. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles