Tennis - ATP Cup - ATP Cup : Alexander Zverev méconnaissable, l'Allemagne éliminée

L'Equipe.fr
L’Equipe

Alexander Zverev n'est que l'ombre de lui-même à Brisbane. Mardi contre Denis Shapovalov (6-2, 6-2), le n°7 mondial a perdu son troisième match consécutif et précipité l'élimination de l'Allemagne en ATP Cup. Deux cuillères à exhibitions, si possible sud-américaines et chinoises, une pincée de fatigue, le tout saupoudré par une crise de confiance et une absence totale de prépa foncière : voici la recette d'un début d'année totalement raté. Alexander Zverev ferait un excellent chef pâtissier, mais à Brisbane l'Allemand est l'ombre de l'excellent et si prometteur joueur de tennis qu'il fut, notamment lorsqu'il concassa le n°1 mondial Novak Djokovic en finale du Masters de Londres en novembre 2018. « J'ai eu cinq jours d'entraînement de moins que d'habitude à l'intersaison, explique-t-il. Je ne me suis pas beaucoup entraîné, je crois que ça se voit sur le court. Ma confiance ? Pas très haute. » L'ATP Cup n'est évidemment pas l'objectif de sa saison, mais ses performances depuis cinq jours en Australie ont de quoi inquiéter. Le n°7 mondial est passé totalement à côté de sa compétition. Une bonne heure contre l'Australien Alex de Minaur, pour mener 6-4, 4-2, puis le néant. Pas de jeu ni de jus, pas d'idée et aucune réaction. Mardi, il avait le regard perdu aux changements de côté alors que Denis Shapovalov lui marchait dessus. Son père, Zverev Senior, parlait dans le vide. Son capitaine, Boris Becker, ne parlait pas du tout. Niveau emploi fictif, le bonhomme à la teinture blonde se pose là... Alexander Zverev « Il faut que je retrouve mon service, d'une manière ou d'une autre. À ce niveau-là, ça ne peut pas le faire » Après avoir subi le come-back du « Demon » australien (4-6, 7-6 [3], 6-2), Zverev a sombré. Balayé dimanche par son meilleur ennemi Stefanos Tsitsipas (6-1, 6-4) sans le début du commencement d'une esquisse de révolte, il a remis ça contre Shapo. L'affaire était bouclée en à peine plus d'une heure (6-2, 6-2). Problème principal, son service, en charpie. Vingt-huit doubles fautes (!) en trois matches, douze breaks concédés, des deuxièmes à 120 km/h... « Je sers très mal, confirme-t-il. Il faut que je retrouve mon service, d'une manière ou d'une autre. C'est une question d'entraînement. Ici, je bosse cinq à six heures par jour. J'ai deux semaines pour le retrouver avant l'Open d'Australie. Là, à ce niveau-là, ça ne peut pas le faire. » Calendrier/Résultats Et ça ne le fera pas non plus pour l'Allemagne, éliminée dès la phase de poules de l'ATP Cup et qui ne verra donc pas Sydney. Les trois défaites de son n°1 ont évidemment pesé. Jan-Lennard Struff, 35e mondial, a fait le boulot avec deux succès en trois rencontres, le dernier contre le Canadien Félix Auger-Aliassime mardi (6-1, 6-4). Et le double Krawietz-Mies avait maintenu l'espoir en dominant la paire grecque Pervolarakis-Tsitsipas dimanche, 17-15 au super tie-break, mais le duo s'est incliné mardi contre Shapovalov et FAA (6-3, 7-6 [4]), ce qui condamnait l'équipe de Becker. Pas sûr qu'il soit au courant. La Russie impressionne Dans les matches du jour, le Canada a donc battu l'Allemagne (2-1). La Russie de Medvedev, en maîtrise contre Ruud (6-3, 7-6), et Khachanov, facile face à Durasovic (6-2, 6-1), a confirmé sa grande forme en balayant la Norvège (3-0). Les Russes ont gagné huit de leurs neuf premiers matches et font figure de prétendants très sérieux au titre. Enfin la Grande-Bretagne a dominé la Moldavie grâce aux victoires nettes de Norrie et Evans contre Cozbinov (6-2, 6-2) et Albot (6-2, 6-2). Le double J.Murray-Salisbury a parachevé le succès British face à la paire Albot-Cozbinov (6-2, 6-3). Les Britanniques doivent attendre les résultats de mercredi pour savoir s'ils finiront à l'une des deux meilleures deuxièmes places, qualificatives pour les quarts de finale.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi