Tennis - ATP Cup - ATP Cup : la France voit les quarts de finale s'éloigner

L'Equipe.fr
L’Equipe

La défaite face à la Serbie de Novak Djokovic complique fortement les chances de la France de disputer les quarts de finale de l'ATP Cup. Après la Coupe Davis, l'ATP Cup ? Comme lors de l'épreuve par équipe disputée en Espagne, la France voit les quarts de finale s'éloigner après une défaite face à la Serbie de Novak Djokovic. Benoît Paire avait pourtant bien ouvert la journée en s'imposant face à Dusan Lajovic (6-2, 6-7 [6], 6-4). Mais les Bleus ont déchanté par la suite. Gaël Monfils a sombré face à sa bête noire Novak Djokovic (6-3, 6-2) qui mène désormais 16-0 dans leurs face-à-face. Ce sont ensuite Nicolas Mahut et Édouard Roger-Vasselin qui n'ont pas su se transcender face à la paire Djokovic-Troïcki (6-3, 6-7 [5], 10-3). La Serbie prend donc la tête du groupe A alors que la France est deuxième. Mais loin des meilleurs deuxièmes de la compétition. Monfils : « Le score est sévère » Car, en dehors des premiers des six groupes, seuls les deux meilleures deuxièmes nations disputeront les quarts de finale de l'ATP Cup. À ce titre, un ticket semble réservé à l'Espagne ou au Japon dans le groupe B. Les deux nations s'affronteront pour la première place du groupe le 08 janvier. N'ayant pas perdu le moindre match en deux rencontres et portée par un Rafael Nadal déjà à fond, l'Espagne part favorite. Mais le Japon a un matelas de jeux d'avance sur les autres candidats et pourrait se qualifier, donc, en tant que meilleur deuxième. La Bulgarie ou la Belgique, qui s'affrontent le 07 janvier pour la tête du groupe C, pourraient également se qualifier en tant que meilleurs deuxièmes. Et la France ? Actuellement, avec un déficit de 8 jeux à son compteur, elle fait office de moins bon deuxième de la compétition, derrière l'Italie (- 7). Son match contre l'Afrique du Sud, avec un Kevin Anderson qui revient en grande forme, sera décisif. Une défaite serait forcément éliminatoire, mais une victoire ne serait pas forcément suffisante. Les Bleus n'ont clairement pas leur destin en mains. Les résultats et le classement

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi