Tennis - ATP - Djokovic, Murray, Wawrinka, Raonic, Nishikori : quand va-t-on les revoir ?

L'Equipe.fr
Éloignés des courts de tennis pendant une bonne partie de la saison 2017, cinq des dix meilleurs joueurs mondiaux, dont Novak Djokovic et Andy Murray, arrivent au bout de leur rééducation. Ont-ils déjà fixé une date de reprise ? On fait le point.

Éloignés des courts de tennis pendant une bonne partie de la saison 2017, cinq des dix meilleurs joueurs mondiaux, dont Novak Djokovic et Andy Murray, arrivent au bout de leur rééducation. Ont-ils déjà fixé une date de reprise ? On fait le point.Novak Djokovic, plus de temps à perdreGêné par une douleur au coude droit pendant un an et demi, Djokovic a choisi de régler le problème pour de bon en mettant un terme à sa saison en juillet, après son abandon à Wimbledon. «La seule chose dont j'ai besoin, c'est de repos», avait reconnu le Serbe. Un constat d'autant plus criant qu'il disait alors souffrir, en outre, d'une crise de confiance (aucun titre majeur en 2017) : «une longue pause est peut-être aussi nécessaire pour l'esprit», concédait-il.Devenu papa pour la deuxième fois en septembre, il a passé «quelques mois sans raquette» et a repris l'entraînement intensif en novembre, à Belgrade. Après cinq mois sans tennis, il est aujourd'hui affamé : dans la foulée du tournoi d'exhibition d'Abu Dhabi, il lancera officiellement sa saison à Doha, où il est le double tenant du titre. Ces six mois de repos auront-ils sur «Nole» le même effet que sur Roger Federer l'an passé ? Si oui, attention aux dégâts.Andy Murray, objectif MelbourneA l'occasion d'un match caritatif pour l'Unicef, Murray a tapé quelques balles contre Federer début novembre, l'un avec une perruque, l'autre en kilt, devant un public hilare à Glasgow. L'Écossais effectuait à cette occasion sa première apparition sur les courts depuis l'annonce de sa blessure à la hanche, début septembre, mais s'était montré mesuré quant à ses capacités physiques réelles. «Ça ne reviendra sans doute pas dès le début de l'année», avait-il reconnu.«Certain de rien», l'Ecossais, retombé au-delà du 10e rang mondial (une première en trois ans) et qui s'est séparé – pour la deuxième fois – de son entraîneur Ivan Lendl, espère reprendre au tournoi de Brisbane, aux côtés de Nadal. «Je compte m'y rendre beaucoup plus tôt que d'habitude, dit-il. J'aimerais y être avant le Nouvel An, pour m'habituer aux conditions, ça ne pourra que m'aider vu que je n'aurai pas joué de matches depuis longtemps.» Dans le viseur : l'Open d'Australie, qu'il n'a encore jamais remporté (5 finales).Stan Wawrinka a «tout repris de zéro»Quand le clan Wawrinka a révélé la tenue d'une conférence de presse, début décembre, certains ont imaginé que le joueur allait annoncer son départ à la retraite. Il faut dire que le Vaudois avait mal vécu le départ de son entraîneur de longue date, Magnus Norman («ça a été un choc (...), au moment où j'aurais eu besoin de m'appuyer sur lui»), et avait observé un silence quasi-complet depuis son forfait à l'US Open, où il n'avait pu défendre son titre.Heureusement, pas de scénario-catastrophe : le Suisse estime aller «dans le bon sens», et compte jouer l'Open d'Australie après un passage par l'exhibition d'Abu Dhabi. Mais il reconnait ne pas encore être «à 100%», et pour cause : Wawrinka a subi deux opérations, dont une pour «résorber un trou dans le cartilage», a passé huit semaines avec des béquilles, a «perdu (sa) musculature». Il n'a donc repris un entraînement quotidien de tennis qu'en décembre parce qu'il n'était «pas assez fort physiquement» avant cela. Son état pour Melbourne est donc incertain, d'autant qu'il sort d'une période tout aussi compliquée sur le plan mental : «il n'y a eu aucun moment positif pendant ces cinq mois».Kei Nishikori ne veut «rien précipiter»En 2009, Kei Nishikori avait manqué près d'un an de compétition suite à une opération au coude. Cette fois-ci touché au poignet, le Japonais a choisi de ne pas passer sur le billard, préférant croire aux bienfaits du repos. A l'inverse de Wawrinka, il dit avoir «tiré beaucoup de bonnes choses de cette expérience», rencontrant un préparateur physique qui lui a présenté «une nouvelle forme de traitement susceptible de transformer (son) corps». Nishikori, qui n'a gagné qu'un titre ces deux dernières saisons, dit viser un retour rapide dans le Top 5 : pour cela, il ne va «rien précipiter». S'il est annoncé à Brisbane, il faudra peut-être attendre «février, ou peut-être même mars» pour le voir rejouer.Les nouvelles sont plus optimistes pour Milos Raonic : ralenti par plusieurs pépins physiques en 2017, le Canadien a choisi de se reposer durant les deux derniers mois de l'année, et jouera à Brisbane, où il avait été sacré l'an passé.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages