Tennis - ATP - Genève - Arthur Cazaux s'arrête au deuxième tour à Genève

·2 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Stoppé en deux sets et deux jours par l'Uruguayen Pablo Cuevas (6-2, 6-4), au deuxième tour de l'ATP 250 de Genève jeudi, le jeune Arthur Cazaux (18 ans, 517e) retrouvera le circuit principal dès Roland-Garros, où il bénéficiera d'une wild-card. Mercredi soir, au terme d'une journée qui s'était étirée en longueur au rythme des averses genevoises, Arthur Cazaux (517e) et Pablo Cuevas (102e) avaient été renvoyés au vestiaire avant le terme de leur deuxième tour, parce que sur le court annexe où ils disputaient leur match, l'éclairage était insuffisant pour poursuivre à la tombée de la nuit. Jusque-là, l'expérimenté Uruguayen (35 ans, 19e en 2016), armé de sa technique formidablement posée - il donne toujours l'impression d'être en train de donner une leçon et de ne jamais sprinter - n'avait pas vraiment été gêné par le tennis du jeune Français (18 ans), qui s'accrochait mais ne passait pas assez de premiers services et ne trouvait pas assez de longueur au retour. Au moment de l'interruption, alors que la pluie était sur le point de réapparaître et que le thermomètre affichait 7°C, Cuevas menait 6-2, 4-3, service à suivre. lire aussi Le tableau de l'ATP 250 de Genève À la reprise, jeudi midi, sous le soleil cette fois, Cazaux a réussi à se porter pour la première fois à 0-30 sur le service adverse, quand Cuevas a servi pour le match à 5-4, mais l'Uruguayen n'a plus rien donné et a fini par un coup droit croisé gagnant (6-2, 6-4). « Avec mon coach, on avait beaucoup parlé du retour, parce que Pablo m'avait beaucoup gêné avec ses kicks mercredi soir, explique le jeune Français. J'ai fait de la visualisation là-dessus et, quitte à rater, j'ai essayé de prendre la balle plus tôt à la reprise. J'ai réussi à le gêner sur le dernier jeu mais bon... C'est surtout la veille que je n'avais pas été bon dans cette approche. » Cet échec n'efface pas le chemin parcouru par Cazaux ces dernières semaines. En qualifs à Madrid (Sebastian Korda, 65e) puis au premier tour à Genève (Adrian Mannarino, 37e), il vient de battre ses deux premiers top 100 et de démontrer qu'il vaut bien mieux que sa 517e place mondiale. La wild-card que la FFT lui a attribuée pour le tableau final e Roland-Garros n'est pas une incongruité. D'ici dix à douze jours, il effectuera ses grands débuts en Grand Chelem. En attendant, il avait prévu de s'entraîner encore sur les courts de Genève, dans l'après-midi, puis ce vendredi.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles