Tennis - ATP - Indian Wells - Nikoloz Basilashvili rejoint Cameron Norrie en finale d'Indian Wells

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Nikoloz Basilashvili, qui n'avait jamais gagné un match à Indian Wells avant cette édition, sera en finale, dimanche, face à Cameron Norrie. Le Géorgien a dominé l'Américain Taylor Fritz en demies (7-6 [5], 6-3). Nikoloz Basilashvili et Cameron Norrie, les deux finalistes de cet Indian Wells 2021, ont un point commun. Avant cette édition du tournoi, aucun des deux n'avait jamais gagné le moindre match dans le désert californien. Mais les deux viseront bien le titre, dimanche, leur premier en Masters 1000. Premier qualifié, le Britannique a été rejoint par le Géorgien qui s'est débarrassé de l'Américain Taylor Fritz en demies (7-6 [5], 6-3).

Porté timidement par un court central qui n'aura jamais fait le plein cette quinzaine, Fritz, l'enfant du pays, a été le premier à avoir des opportunités au terme d'un premier set sec et verrouillé. Trois fois, le 39e mondial a eu une balle de break sur le service adverse à 5-4 puis 6-5. Les trois fois, il a manqué sa chance que ce soit sur un revers mal ajusté ou en subissant une accélération brutale de Basilashvili. lire aussi Le tableau d'Indian Wells Une finale de novices Les deux hommes se sont donc expliqués au jeu décisif et le Géorgien a été plus entreprenant que son adversaire en le faisant craquer à l'échange. Une dernière faute en revers de Fritz a réglé ce premier acte et, après ça, l'Américain s'est surtout maintenu à flot grâce à son service (11 aces, 89 % de points inscrits derrière sa première balle). Mais sur la première balle de break qu'il a concédée du match (à 3-2 Basilashvili dans le deuxième set), il a vu son adversaire prendre sa chance avec un énorme retour. Le Géorgien, lui, n'a pas cédé une seule fois son service du match. Il a pourtant concédé sept balles de break, dont deux dans le dernier jeu, mais il les a toutes écartées. La difficulté du Géorgien à conclure a apporté un dernier sursaut à ce match. Alors qu'il s'était parfaitement réglé dans ce deuxième set, il a montré un brin de fébrilité. Une première occasion sur un décalage coup droit est sortie de peu, même sort pour la deuxième et c'est finalement à la quatrième tentative qu'il a mis le point final à cette rencontre en jouant, non pas en force, mais dans le contre-pied. À 29 ans, le natif de Tbilissi va jouer la finale la plus importante de sa carrière, dimanche, et tentera d'inscrire un sixième titre à son palmarès après trois ATP 500 et deux ATP 250 (les deux cette année avec Doha et Munich). Face à lui, Norrie jouera lui aussi sa première finale en Masters 1000. lire aussi Norrie, la révélation d'Indian Wells

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles