Tennis - ATP - Jean-René Lisnard : « Il faut jouer ce qui peut l'être »

L'Equipe.fr
L’Equipe

À quelques jours de la réouverture des clubs et de l'entraînement des professionnels, le patron de l'Élite Tennis Center à Cannes n'est pas d'accord avec ceux qui sont pessimistes sur l'issue de la saison en cours. « On entend de plus en plus des gens dire que la saison de tennis ne pourra pas reprendre...
Pour moi tout ça n'a pas de sens. Je n'aime pas les gens pessimistes. Il faut trouver des solutions. Il faut se laisser des hypothèses de travail. Être pragmatique. J'aimerais qu'il se passe quelque chose pour mettre du sens. Je suis un fervent supporter de la reprise J'aimerais que les joueurs connus disent plutôt : ''On va peut-être jouer cette année'', en se gardant des hypothèses optimistes. J'adore Nadal. Mais ce qu'il raconte là (l'Espagnol s'est dit très pessimiste sur la suite de la saison 2020), ça ne me parle pas beaucoup. S'il y a deux Grands Chelems qui veulent être joués, il faut tout faire pour qu'ils le soient. Il faut jouer ce qui peut l'être ! Craig Tiley, le patron de l'Open d'Australie vient d'annoncer que dans le meilleur des cas, le tournoi sera organisé sans la présence de spectateurs étrangers....
Là encore, je trouve étonnant qu'on nous ponde des choses comme ça dès maintenant. On est en mai, l'Open d'Australie se déroule en janvier. On ne sait pas ce qu'il peut se passer d'ici là. Dire ça maintenant, c'est précoce. « Peut-être que les meilleurs peuvent s'arrêter un moment. Mais les autres ? » Si les gens parlent, c'est qu'ils se fient à des décisions gouvernementales et un constat sanitaire, qui rendent notamment très compliqués les voyages...
Si on enferme tout le monde c'est sûr que ça va devenir compliqué. Mais si les pays se déconfinent, s'ouvrent à nouveau, je ne vois pas pourquoi un joueur de tennis ne pourrait pas voyager alors qu'un homme d'affaires pourrait le faire. Si on sort, pourquoi est-ce qu'on ne pourrait pas organiser un tournoi de tennis alors qu'on a le droit d'aller dans des supermarchés où les règles de distanciation ne sont pas toujours respectées ? Le huis clos ne semble pas non plus une solution privilégiée en tennis au vu de l'impact des recettes des guichets dans les budgets.
Mais le huis clos, je ne comprends pas non plus. Ce n'est pas dangereux de regarder un match de tennis, si on espace un peu les gens dans les tribunes. Il y a plein de solutions à trouver. Pour en revenir aux voyages, on peut tester les joueurs quand ils arrivent dans le pays concerné. Tout est faisable si on y met de la bonne volonté. On sait de toute façon que ce sera une année de transition, avec moins de tournois. Et si l'arrêt définitif de la saison 2020 était annoncé ?
Ce serait le pire. Ce serait plus dur de repartir en janvier, je pense. C'est comme un château de cartes qui peut s'écrouler. Il y a du monde derrière. Peut-être que les meilleurs peuvent s'arrêter un moment. Mais les autres ? L'écosystème du tennis dépend beaucoup de ce qui se passe dans le top niveau. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi