Tennis - ATP - Juan Carlos Ferrero pas tendre avec Alexander Zverev et la nouvelle génération

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Juan Carlos Ferrero, ancien entraîneur d'Alexander Zverev, a jugé sévèrement l'actuel septième joueur mondial lors d'un podcast mis en ligne par 3iGuales. Avec l'exemple de l'Allemand, c'est aussi la nouvelle génération qu'il épingle. Leur collaboration a été éphémère. À peine huit mois après le début de leur aventure, Juan Carlos Ferrero était remercié par Alexander Zverev à la fin de l'Open d'Australie 2018. L'Allemand évoquera un peu plus tard une dispute qui a mal tourné et l'attitude « irrespectueuse envers ceux de [son] équipe » qu'aurait eue l'ancien numéro 1 mondial. Deux ans plus tard, Ferrero a ouvert la boîte à souvenirs pour le podcast 3iGuales. Le portrait du septième joueur mondial par son ancien entraîneur est peu flatteur. « Il avait beaucoup de hauts et de bas au cours d'un match et je pense que c'est pour ça qu'il n'a pas encore pu gagner un grand chelem, raconte Ferrero. Cette irrégularité le conduit à jouer le cinquième set. [...] À l'entraînement, il passait, par exemple, trois heures sur le terrain, mais il ne faisait pas de la qualité plus qu'une heure et demie. Il y avait des protestations, des arrêts, de la colère et des distractions. À l'époque, nous sommes entrés en conflit en raison de son manque de ponctualité et de son manque de respect pour les membres de l'équipe, même si son père m'a beaucoup aidé. » Juan Carlos Ferrero « Ils ont trop de distractions. Je les regarde s'amuser sur Instagram et ne pas penser au tennis comme nous à l'époque » Au-delà de l'exemple Zverev, qu'il a observé de près, l'Espagnol (40 ans) épingle les joueurs de la jeune génération. « Gagner beaucoup d'argent quand vous êtes jeune peut vous donner le vertige, estime-t-il à propos des joueurs attendus pour prendre la suite. À ce moment, l'environnement du joueur et son rôle sont des facteurs clés. » Et le vainqueur de Roland-Garros en 2003 de regretter : « Ils ont trop de distractions hors du terrain. Je les regarde s'amuser sur Instagram et ne pas penser au tennis comme nous à l'époque. » Selon lui, c'est pour cela que les plus jeunes se cassent les dents sur le Big 3 qui a pourtant dépassé la trentaine mais continue de rafler tous les Grands Chelems et de trôner au sommet du classement ATP. « Pour vaincre Federer, Nadal ou Djokovic, Zverev et les autres doivent s'améliorer en dehors du terrain : de la diététique à la préparation physique. »

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles