Tennis - ATP - Madrid - Madrid : Alexander Zverev remporte son quatrième Masters 1000 en battant Matteo Berrettini

·2 min de lecture

Vainqueur de Nadal, puis de Thiem, Alexander Zverev a confirmé face à Matteo Berrettini qu'il était bien le meilleur joueur de la semaine madrilène (6-7 (8), 6-4, 6-3). Alexander Zverev a remporté dimanche à Madrid son quatrième Masters 1000 (le troisième sur terre battue) et personne ne lui contestera son succès. Vainqueur de Rafael Nadal en quarts de finale, puis de Dominic Thiem en demies, l'Allemand a dominé en finale son troisième top 10 d'affilée, en la personne de Matteo Berrettini, battu 6-7 (8), 6-4, 6-3 (en 2 h 40) par plus solide que lui. lire aussi Le tableau du tournoi
À ses traditionnelles qualités de frappe, Zverev a ajouté cette semaine une couverture de terrain exceptionnelle et un sang froid qu'on ne lui connaissait pas toujours. Il pose ainsi un jalon important avant Roland-Garros (30 mai-13 juin). Face à l'Italien, il céda pourtant son premier set de la semaine, au terme d'une lutte au couteau d'une heure et dix minutes. Berrettini breaka le premier (4-3) mais quatre étonnantes bourdes en coup droit lui coûtèrent son avance. Pas découragé, il se jeta comme un mort de faim sur le début du tie-break, au point de se détacher 5-0, deux services à suivre. Le manque de constance de Berrettini L'issue semblait fatale mais une pointe de tension permit à Zverev de revenir à hauteur, avant de se procurer une balle de set à 7-6. L'Italien l'écarta d'une gifle en coup droit, avant que son rival, à 8-8, ne prenne un risque insensé sur sa seconde balle. La double faute offrait une quatrième balle de set à Berrettini. Qui la fit fructifier grâce à un service gagnant. Pour avoir su créer plus de volume de jeu, le 10e mondial n'était plus qu'à un set de sa première victoire en Masters 1000. Mais s'il se montrait le plus entreprenant (17 coups gagnants contre 6), Berrettini péchait aussi par son manque de constance. Un jeu caviardé à 4 partout (deux erreurs en coup droit, une double faute) permit à Zverev d'égaliser (6-7, 6-4). Sa régularité, sa constance dans l'effort et son sang-froid lui donnèrent un avantage déterminant dans la dernière manche. Il sauva une balle de 1-3, avant de tirer parti d'un nouveau jeu massacré par l'Italien, d'une gourmandise coupable en coup droit. En remportant son jeu de service (4-2), Zverev referma le couvercle sur la finale. Quelques prodiges en défense forcèrent ensuite Berrettini à jouer le coup de trop. Zverev paracheva son oeuvre sur sa deuxième balle de match. Il remporte ainsi le Masters 1000 de Madrid pour la deuxième fois, trois ans après la première. C'est peu dire qu'il ne l'a pas volé. lire aussi Le film de la rencontre