Tennis - ATP - Miami - Jannik Sinner renverse Roberto Bautista Agut et file en finale à Miami

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Le jeune Italien Jannik Sinner, 19 ans, s'est qualifié pour sa première finale en Masters 1000, ce vendredi à Miami, en dominant l'Espagnol Roberto Bautista Agut en trois manches (5-7, 6-4, 6-4) Il y a quelques mois déjà que le voile est levé sur l'immense talent de Jannik Sinner. Mais l'histoire prend désormais des contours impressionnants. À 19 ans, l'Italien aux cheveux roux en bataille sous la casquette a dominé vendredi à Miami l'Espagnol Roberto Bautista Agut en trois sets (5-7, 6-4, 6-4) pour s'offrir sa première finale en Masters 1000. Ce n'est plus une ascension, ce sont des enjambées de géant pour ce frappeur à plat des deux côtés du terrain, qui ne semble avoir peur de rien et surtout pas de conclure un match pour se propulser en finale, à l'image de son dernier jeu blanc sur service adverse, tout simplement phénoménal, ponctué de quatre points gagnants fracassants pour estourbir le trentenaire espagnol, saoulé de coups. lire aussi Le tableau du tournoi En attendant de connaître son adversaire pour le dernier tour de piste en Floride, entre Andrey Rublev et Hubert Hurkacz, Sinner affole déjà les compteurs. Le voici désormais 6e à la Race et au pire 21e mondial lundi prochain ! Et même devant certains des plus grands talents de ce sport dans cette catégorie des Masters 1000, puisqu'il atteint la finale pour sa troisième participation à un tournoi de cette envergure, quand il a fallu neuf essais à Rafael Nadal et dix à Novak Djokovic ! Un mental assez bluffant Bref, l'Italien impressionne. Quand bien même hier, tout ne fut pas parfait, loin de là. Avec sa puissance, il se sait capable de tout et Sinner a encore parfois tendance à se précipiter et à « balancer » parfois. Hier, pour 37 coups gagnants, 53 fautes directes lui ont été comptées, même si cette dernière statistique paraît un peu sévère. Breaké d'entrée de match sur quatre points donnés, le jeune joyau transalpin apprend tous les jours. Mais ce qui est certain, c'est qu'il apprend très vite. Car, si Sinner doit encore gagner en constance dans le jeu, il fait preuve d'un mental assez bluffant. Vendredi, face à Roberto Bautista Agut, l'Italien a été sur un fil, tout près de basculer dans le vide. Mené un set à rien, il a dû sauver quatre balles de break contre lui à 3-3 dans le deuxième set, dont trois consécutives (0-40) ! Sur ces occasions, l'Espagnol se souviendra sans doute un moment d'avoir mal jugé une balle qu'il pouvait jouer. Pour les autres, c'est bien Sinner qui les a effacées. Au cran, en entrant dans le terrain, en ouvrant le jeu, quand Bautista Agut avait clairement fait le choix du jeu au centre, sans angle ni prises de risque excessif. Jannik Sinner « C'est incroyable. Je suis très heureux » Breaké à nouveau en début de troisième set, Sinner, qui compte déjà deux titres en ATP 250 à son actif (Sofia en 2020 et Melbourne 1 en 2021), n'a pas paniqué une nouvelle fois. Un débreak blanc dans la foulée, un pas de plus dans le terrain, une agressivité qui monte encore d'un cran et le 12e mondial espagnol a fini, logiquement, par céder, après être pourtant passé si près, au coeur du deuxième acte, de sa deuxième finale en Masters 1000. « C'est incroyable. Je suis très heureux. C'était ma première demi-finale en Masters 1000, ce n'est jamais facile à jouer dans un tel tournoi contre un joueur solide comme Roberto. Gagner ce match, ça veut dire beaucoup pour moi », commentait l'Italien, à même le court, à la sortie. ça veut aussi dire beaucoup sur le bel avenir qui lui semble désormais promis.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.