Tennis - ATP - Miami - Roger Federer estime avoir été «très chanceux» contre Berdych

L'Equipe.fr
La demi-finale du tournoi de Miami, remportée par Roger Federer contre Nick Kyrgios au terme d'un duel intense (7-6[9], 6-7[9], 7-6[5]), a été marquée par de nombreux points exceptionnels.

Roger Federer avait un immense sourire au moment d'évoquer sa victoire contre Tomas Berdych (6-2, 3-6, 7-6[6]) en quart de finale à Miami, où il a sauvé deux balles de match.« Comment avez-vous vécu cette fin de match complètement dingue contre Tomas Berdych ?J'ai vraiment bien commencé le match. Mais il s'est mis à mieux servir, il a trouvé ses zones. Exactement ce qui m'a manqué aujourd'hui. Je ne trouvais pas mes zones quand c'était vraiment nécessaire. C'est pour cela que je le laisse revenir dans la partie au troisième set. Je lui offre le débreak sur un très mauvais jeu. Après, il faut reconnaître qu'il a trouvé une très bonne cadence. Il a beaucoup tenté, beaucoup risqué et ça a payé. Il méritait de revenir. Après, dans le tie-break, honnêtement, j'ai été très chanceux. J'ai réussi de bonnes choses mais lui, encore plus que moi. Ce qui est dommage, c'est que ça termine sur une double faute. Au bout, il y a quand même un super feeling parce que je me suis beaucoup battu. J'avais perdu un match comme ça à Dubai (contre Evgeny Donskoy, 6-3 6-7 6-7). Donc, c'est sympa de gagner ici. L'atmosphère était dingo à la fin. C'était vraiment cool.A ce stade de votre carrière, votre état d'esprit a changé sur les moments cruciaux. Vous semblez à la fois plus relâché et plus agressif...Oui. Je pense que ce sont les deux choses qui font la différence, pour l'instant. J'arrive à me dire : "Reste relax et reste agressif" dans les moments clés, comme ces balles de break dans le troisième set. Par exemple, j'ai claqué un revers sur l'une d'elles alors que, dans le passé, j'aurais peut-être simplement remis en slice, et je me serais battu (sous-entendu : tout seul). C'est mieux de breaker comme ça parce que l'adversaire sait qu'il ne pourra pas dicter le point dès le début. C'est une bonne chose. Il faut juste que je varie davantage.A 4-2 au premier set, vous réussissez une extraordinaire amortie "jet d'eau". La balle monte très haut et repasse presque de l'autre côté du filet. Racontez nous ce coup improbable...J'en ai réussi quelques-uns comme ça. Notamment un contre Bolelli, qui était encore plus fou, en Australie. En fait, tu crées un effet de surprise. L'adversaire croit que tu vas monter sur un slice de revers. Au dernier moment, tu mets énormément de lift mais le geste reste presque le même. Tu masques le coup très bien. Je sais que Tomas a de la peine à aller vers l'avant. Et, en plus, il a tendance à se décaler côté coup droit, en allant sur sa gauche. Si tu lui joues la balle devant, mais côté droit pour lui, il y a un deuxième effet contre-pied ! Quelquefois, il faut tenter ! Si tu ne tentes pas, tu ne gagnes pas.Comment voyez-vous votre demi-finale contre Nick Kyrgios ?C'est sympa de le voir de nouveau en forme. J'aurais dû le jouer à Indian Wells après sa méga victoire sur Novak Djokovic. Il était en méga forme et je m'attendais à un match très dur. Malheureusement, il est tombé malade. Je suis content de voir qu'il a récupéré. Il m'a battu dans le passé. Il sert fabuleux, il adore les grands matches dans les grands stades. Et une demie de Masters 1000 sur un central comme ça, c'est pas mal ! Je m'attends à ce qu'il soit très fort.»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages