Tennis - ATP - Monte-Carlo - Stefanos Tsitsipas domine Andrey Rublev et remporte le Masters 1000 de Monte-Carlo

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Au terme d'une finale à sens unique, Stefanos Tsitsipas a surclassé Andrey Rublev (6-3, 6-3) et remporté le titre à Monte-Carlo, son premier sacre en Masters 1000. L'anomalie est corrigée : 5e mondial et déjà vainqueur du Masters de Londres en 2019, Stefanos Tsitsipas a remporté ce dimanche son premier titre en Masters 1000. En finale à Monte-Carlo, le Grec de 22 ans a donné une leçon de tennis sur terre battue à Andrey Rublev (6-3, 6-3). lire aussi Le tableau de Monte-Carlo Nettement dominé lors de ses deux premières finales en Masters 1000, contre Rafael Nadal à Toronto en 2018 et face à Novak Djokovic à Madrid en 2019, Tsitsipas est passé du côté du concasseur à Monaco. Face à lui, Rublev n'a pas existé. Impressionnant contre Nadal vendredi en quarts de finale, le Russe n'a jamais été en mesure de déployer son incroyable puissance de frappe. La faute, d'abord, à la tension qui l'habitait en début de partie, à l'image d'un premier engagement totalement caviardé. La faute, surtout, à la qualité de son adversaire sur l'ocre monégasque. « La bataille de la terre battue, elle commence dans le cerveau, disait Tsitsipas cette semaine. Je réfléchis à la tactique, même quand je ne suis pas sur le court. Je visualise, je pense aux différents scénarios. C'est une surface où il ne faut pas se précipiter. Un jeu d'échecs. » Qu'il maîtrise à la perfection. Stefanos Tsitsipas « La meilleure semaine de ma vie » Sur sa « surface favorite », le Grec a fait parler ses qualités de déplacement et de glisse, ainsi que ses frappes très profondes et lourdes sur lesquelles Rublev n'a pratiquement jamais été en mesure de s'appuyer. Le Russe, qui a boisé plusieurs coups droits, a terminé la rencontre avec seulement dix coups gagnants pour vingt et une fautes directes.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Très agressif au retour, Tsitsipas a étouffé le 8e mondial, dont les lacunes en deuxièmes balles (seulement 33 % de points remportés) et à la volée sont apparues criantes ce dimanche. Fort d'un break acquis en début de chaque manche, Tsitsipas a insisté sur le revers de son adversaire (60 % de frappes de ce côté). Son efficacité au service a fait le reste. Vainqueur de ses cinq matches à Monaco sans avoir perdu le moindre set, Tsitsipas, qui a évoqué « la meilleure semaine de sa vie » pour décrire son émotion lors de la remise du trophée, fait désormais figure de prétendant très sérieux pour Roland-Garros, où il rêve de battre Nadal. « Tout commence à Monte-Carlo », a-t-il signé sur la caméra après la balle de match. lire aussi Le film du match