Tennis - ATP - Montpellier - Montpellier : Vasek Pospisil, la deuxième carrière d'un joueur engagé

L'Equipe.fr
L’Equipe

Opposé ce dimanche à Gaël Monfils en finale à Montpellier, le Canadien Vasek Pospisil, 29 ans, connaît depuis l'an dernier (et une opération au dos) un second souffle dans sa carrière. Retour sur les faits d'armes et les prises de paroles de ce joueur engagé.Top 25 en 2014Vasek Pospisil réalise ses premiers coups d'éclat en 2013, en atteignant notamment les demi-finales du Masters 1000 de Montréal où il domine Tomas Berdych (alors 6e) avant de s'incliner face à Milos Raonic au tie-break du 3e set. Cette même année, il pousse également dans ses retranchements Roger Federer, chez lui à Bâle, en demi-finales. C'est en 2014 qu'il atteint son meilleur classement (25e en janvier) et sa première finale sur le circuit ATP (défaite contre Raonic à Washington). Un an plus tard, il est en quart de finale à Wimbledon (échec contre Andy Murray), son meilleur résultat en Grand Chelem à ce jour. « J'ai été Top 25, j'ai eu des belles victoires dans ma carrière, je sais que je peux battre des joueurs du Top 10, je l'ai déjà fait, a tenu à préciser le Canadien après son succès sur David Goffin samedi. Je sais que je peux jouer à ce niveau, mais pour moi, ça a souvent été une question de physique. »Le dos en vracDès 2014, le Canadien commence à souffrir du dos. « Il y avait des moments où je me sentais très bien, mais tous les deux mois, j'avais de nouveau des problèmes de dos », a-t-il expliqué cette semaine à Montpellier. Cela ne l'empêche pas de battre des joueurs tels que Dimitrov (alors 18e) à Shanghai en 2016, mais surtout Murray (n°1 mondial) à Indian Wells en 2017, ou encore Raonic (20e) à Anvers en 2018. Ses douleurs au dos lui valent des résultats en dents de scie (il quitte régulièrement le top 100). En janvier 2019, il se décide donc à l'opération (hernie discale). Après six mois d'arrêt, il reprend la compétition et les résultats suivent (deux victoires en Challengers, succès sur Khachanov à l'US Open, finale de la Coupe Davis). « Les quatre-cinq derniers mois, j'ai été capable de m'entraîner chaque jour, indique le protégé de Franck Dancevic. C'est vraiment incroyable. J'ai pu bien travailler sur le court mais aussi à la salle de gym, ce qui a fait la différence. »Le tableau de l'Open Sud de FranceDouble succèsVasek Pospisil ne se contente pas d'être uniquement performant en simple. Il s'illustre également en double. À son actif, six trophées dont l'un des plus prestigieux, celui de Wimbledon, soulevé en 2014 avec Jack Sock. Il s'est également imposé à Indian Wells et a disputé cinq autres finales en Masters 1000. Numéro 4 mondial de la spécialité en 2015, il a remporté, l'an passé, ses deux doubles en quarts et en demi-finales de la Coupe Davis avec Denis Shapovalov.Défenseur de la cause des joueursMembre du Conseil des joueurs de l'ATP depuis 2018, Pospisil a été, l'an dernier, la voix de la contestation des joueurs autour de la question de la redistribution des gains sur le circuit. Dans une tribune publiée dans le quotidien canadien The Globe and Mail, il avait notamment milité pour la création d'un syndicat des joueurs, semblable à ce qui existe dans les autres sports majeurs. « Je ne mène pas ce combat pour moi-même, mais pour ceux qui travaillent si fort dans l'espoir d'arriver un jour à bien gagner leur vie en jouant au tennis », avait-il déclaré.Vasek Pospisil : « Trop peu de joueurs gagnent leur vie sur le circuit »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi