Tennis - ATP - Nick Kyrgios, à propos de la détresse mentale de Naomi Osaka : « J'ai vécu ça et c'était 20 fois pire »

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

À la veille de débuter l'Open de Washington, Nick Kyrgios est notamment revenu sur les problèmes de santé mentale évoqués par Naomi Osaka et sur sa propre popularité. Ce qui est certain avec Nick Kyrgios, c'est qu'on ne s'ennuie jamais. Que ce soit sur le terrain ou en dehors où il n'a pas l'habitude de faire dans la demi-mesure quand il a quelque chose à dire. L'Australien, à la veille de lancer son Open de Washington où l'attend Benoît Paire au deuxième tour, a notamment expliqué à quel point le tennis avait failli avoir raison de lui lorsqu'il était plus jeune. lire aussi Le tableau de l'Open de Washington « Ce sport aurait pu me faire sombrer et ce fut le cas pendant un court moment. À 18 ans, c'était vraiment très dur d'être l'un des joueurs australiens les plus connus et de subir toute cette pression médiatique. Aujourd'hui, j'ai 26 ans et je suis assez vieux pour savoir que tout ça c'est de la merde. J'étais dans des situations de détresse mentale dont Naomi Osaka parle aujourd'hui. J'ai vécu ça et à mon avis c'était 20 fois pire. Je suis juste résilient. » Nick Kyrgios « Au fond de moi, je sais que je suis bon et que des personnalités comme la mienne sont nécessaires au sport » Kyrgios a également abordé sa popularité, qu'elle soit positive ou négative. « Si vous regardez ce qui se passe sur les réseaux sociaux, il y a des comptes qui postent sur moi toutes les deux semaines. Mais si je suis si mauvais, pourquoi parle-t-on autant de moi ? Au fond de moi, je sais que je suis bon et que des personnalités comme la mienne sont nécessaires au sport. Même si au début de ma carrière, j'ai reçu beaucoup de haine, de racisme et autres de la part de certains fans. Au final, cela m'a rendu plus fort mentalement. » lire aussi Dépression, burn-out : les sportifs de haut niveau plus à risque

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles