Tennis - ATP - Roger Federer ne fait pas toujours l'unanimité

L'Equipe.fr
Tout le monde aime Roger Federer ? Joueur hors norme, grand acteur de l'histoire de son sport avec 18 victoires en Grand Chelem, Federer jouit d'une cote d'amour exceptionnelle. Pourtant, le Suisse a des détracteurs, et ils sont loin d'être tendres avec lui.

Tout le monde aime Roger Federer ? Joueur hors norme, grand acteur de l'histoire de son sport avec 18 victoires en Grand Chelem, Federer jouit d'une cote d'amour exceptionnelle. Pourtant, le Suisse a des détracteurs, et ils sont loin d'être tendres avec lui.Vaincu en finale d'Indian Wells par son compatriote, Stan Wawrinka est au bord des larmes au moment de faire son discours. Il lâche quelques traits d'humour afin de se détendre. Et il regarde du côté de Federer. «Il se marre. C'est un connard, mais bon, ça va...». S'il s'agissait manifestement d'une tentative de détendre l'atmosphère, il faut néanmoins se souvenir que les rapports n'ont pas toujours été apaisés entre les deux hommes. Surtout lorsque la Coupe Davis arrivait dans la discussion.En 2012, Wawrinka pointait du doigt l'intérêt très variable de l'icône Federer pour l'épreuve. «Il dit que c'est important pour lui, mais c'est faux. Au bout du compte le tennis reste un sport individuel et c'est normal que chacun pense à sa carrière. Mais je comprenais mieux ses choix par le passé. Apparemment, la Coupe Davis n'est pas si importante pour lui. Dommage qu'il tourne toujours les choses à son avantage». Wawrinka estimait que Federer ayant tout gagné, il pouvait faire de la Coupe Davis une priorité de son calendrier.L'image avant tout ?Autre joueur de premier rang qui n'a pas hésité à écorner l'image d'Epinal du joueur parfait, Andy Murray, n°1 mondial. Le Britannique a notamment évoqué un incident lors d'une confrontation face à Federer durant l'Open d'Australie 2014. Le Suisse avait remporté un point après avoir frappé une balle qui avait doublé. Les juges n'avaient rien vu. Un fait de match comme il peut en arriver souvent. Mais Roger Federer avait énormément insisté pour que l'on ne montre aucun ralenti du point sur le grand écran surplombant le court. «C'est mauvais pour son image, vous comprenez. Mais il s'en fiche quand les images me montrent en train de râler, pas à mon avantage.»Nadal a été déçuLe spectre d'un Federer égoïste, plus soucieux de son image que du reste, revient régulièrement. Rafael Nadal, d'ordinaire laudateur du Suisse, a pourtant lancé des piques à quelques reprises. Déjà en 2012, les joueurs estimaient que des changements étaient nécessaires sur le circuit ATP, avec entre autres une meilleure répartition des primes, notamment à l'Open d'Australie. Représentant des joueurs, Federer a mollement défendu ces revendications. «Son attitude est de faire comme si tout allait toujours bien. C'est du genre ''Regardez comme tout est cool pour moi, comme j'ai l'air d'un gentleman''. Mais derrière, les autres peuvent bien se débrouiller seuls», regrettait l'Espagnol.Les deux hommes se sont retrouvés en finale de l'Open d'Australie en début d'année. Dans ce «revival» du meilleur du tennis des années 2000, Federer s'est imposé. Mais face au rythme dicté par Nadal, le Suisse avait réclamé une pause médicale pour soulager une cuisse douloureuse. Pat Cash ne s'en remet toujours pas. L'Australien n'a pas caché sa déception et sa colère au lendemain de la finale. «On ne peut pas interrompre un marathon juste parce qu'on est fatigué. Faire appel au kiné est légal, mais c'est de la triche. De la triche légale, mais de la triche.» La réponse de Federer ? «Je ne vois pas de quoi il parle.»Le clan Djokovic le détesteMais s'il faut trouver quelqu'un qui n'aime vraiment pas Roger Federer, c'est du côté du clan Djokovic qu'il faut chercher. Srdjan Djokovic, le père du tennisman, est sans doute le plus véhément. Il se rappelle notamment de leur première rencontre en Coupe Davis. «Quand la Serbie a joué contre la Suisse, Novak n'était que 19e mondial. Il avait une déviation des sinus qui l'empêchait de respirer correctement. Et Federer a essayé de toutes les façons possibles de lui manquer de respect à cause de ce problème respiratoire. Il était certes le meilleur joueur mondial, mais il n'était vraiment pas une bonne personne. Personne n'a jamais traité Novak comme ça. Je ne comprends pas pourquoi il joue encore au tennis», s'interrogeait-il en 2016. Du côté du fiston, il paraît que les relations avec Federer se sont réchauffées. Mais on serait encore loin du climat tropical.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages